Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les attentes des filières agricoles pour les Etats généraux de l'alimentation

Les États généraux de l'alimentation devaient être lancés le 20 juillet mais les ateliers débuteront le 29 août. La priorité est la répartition de la valeur et une redéfinition des règles commerciales entre les différents maillons des filières.

Les différentes filières attendent principalement des ces États généraux une répartition de la valeur.
Les différentes filières attendent principalement des ces États généraux une répartition de la valeur.
© V.Marmuse

«On ne peut pas accepter dans notre pays que l'on puisse produire, travailler et ne pas en vivre dignement », avait déclaré le 9 juin, Emmanuel Macron au lycée agricole de Limoges Les Vaseix. Les États généraux de l'alimentation doivent consacrer un large débat sur cette question, dans le premier chantier portant sur la création et la répartition de la valeur dans les filières agricoles. Jérémy Decerle, président de Jeunes agriculteurs, pense « qu'il faut se servir de ce rendez-vous pour poser des jalons et restructurer les filières ». Il dit « attendre beaucoup des animateurs et de l'État ».


Dans la filière laitière, l'enjeu législatif est majeur. La loi Sapin 2, visant entre autres à renforcer le pouvoir des producteurs dans les négociations de prix, n'est pas encore appliquée dans sa totalité. « J'ai tendance à penser qu'il faut légiférer », relevait André Bonnard, de la Fnpl, le 12 juillet. Il estime que les attentes sociétales et la création de valeur sont « un seul et unique thème » à défendre durant les tables rondes. Pour le syndicat, la question du prix reste cruciale.
Pour la filière porcine, la révision de la loi de modernisation de l'économie (LME) est aussi une priorité. La Fnsea ne veut pas de sa révision complète « car cela nécessiterait deux ans de travail, considère Christiane Lambert. Nous souhaitons revoir certains aspects, comme l'encadrement des promotions ou le seuil de revente à perte en grande distribution ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Entre deux pluies, les moissons profitent de l’éclaircie
Orge, colza, pois et, ici et là, blés dur et tendre : les battages se sont intensifiés dans la moitié sud du département. Qu’elle…
Publicité