Aller au contenu principal

Les chaumes, une interculture peu coûteuse

La fédération de la chasse verse 20€/ha aux exploitants qui s’engagent à maintenir les chaumes de céréales, lorsque la réglementation l’autorise.

Guy Talineau, administrateur de la fédération des chasseurs, Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, et Frédéric Audurier, technicien de la fédération de la chasse, devant une parcelle de blé qui pourrait devenir une future chaume de céréales maintenue.
Guy Talineau, administrateur de la fédération des chasseurs, Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, et Frédéric Audurier, technicien de la fédération de la chasse, devant une parcelle de blé qui pourrait devenir une future chaume de céréales maintenue.
© Fédération départementale de la chasse

640 ha en 2017. En 2018, la fédération départementale de la chasse fait preuve d’une plus grande ambition. « Nous aimerions maintenir au moins 1 000 ha de chaumes de céréales sur le département. Ces couverts, qui répondent aux exigences de la directive nitrates, sont intéressants pour la petite faune sauvage sédentaire et migratrice », explique Frédéric Audurier, technicien à la fédération de la chasse.
Les repousses de céréales denses et homogènes sont autorisées partout, sauf en ZAR. Seuls les Cipan peuvent être implantés sur ces zones spéciales à enjeu eau. Ailleurs, les exploitants peuvent, au moins pour une part des couverts, « choisir l’option chaume, moins coûteuse en temps de travail, en frais de semences et en mécanisation », poursuit-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité