Aller au contenu principal

Redcap
Les chèvres ne mangent pas dans nos assiettes

Seule une petite partie de protéines végétales consommées par la chèvre peuvent l’être également par l’homme.

Les chèvres valorisent des ressources non valorisables par l’homme.
© CLS

La production laitière fait face à des enjeux sociaux importants, notamment sur la compétition entre l’alimentation animale et l’alimentation humaine. Par exemple, les ruminants sont souvent caractérisés comme inefficients car ils consomment plus de protéines végétales qu’ils ne produisent de protéines animales. Mais la vérité est plus nuancée. En effet, cette approche ne prend pas en compte que les ruminants valorisent des ressources non valorisables par l’homme comme l’herbe et les co-produits.

Une nouvelle approche a été proposée dans le cadre du projet Eradal pour évaluer l’efficience de conversion des protéines végétales par les ruminants, en ne prenant en compte que les aliments réellement en compétition avec l’alimentation humaine.

L’analyse des fermes d’Inosys-réseau d’élevage montre qu’en moyenne, une chèvre consomme en France 6,51 kg de protéines végétales, pour produire un kilo de protéines animales. 86 % de ces protéines ne sont pas consommables par l’homme. Ainsi, une chèvre française consomme en moyenne 890 grammes de protéines végétales en compétition avec l’alimentation humaine pour produire un kilo de protéines animales.

Évidemment, il y a de la variabilité au sein des élevages. Trois leviers principaux permettent d’améliorer ce critère : avoir des animaux qui valorisent un maximum l’herbe (vert ou récolté) pour produire du lait, en limitant les quantités de concentrés consommées (par litre de lait produit) et en favorisant des concentrés en faible compétition avec l’alimentation humaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité