Aller au contenu principal

Redcap
Les chèvres ne mangent pas dans nos assiettes

Seule une petite partie de protéines végétales consommées par la chèvre peuvent l’être également par l’homme.

Les chèvres valorisent des ressources non valorisables par l’homme.
© CLS

La production laitière fait face à des enjeux sociaux importants, notamment sur la compétition entre l’alimentation animale et l’alimentation humaine. Par exemple, les ruminants sont souvent caractérisés comme inefficients car ils consomment plus de protéines végétales qu’ils ne produisent de protéines animales. Mais la vérité est plus nuancée. En effet, cette approche ne prend pas en compte que les ruminants valorisent des ressources non valorisables par l’homme comme l’herbe et les co-produits.

Une nouvelle approche a été proposée dans le cadre du projet Eradal pour évaluer l’efficience de conversion des protéines végétales par les ruminants, en ne prenant en compte que les aliments réellement en compétition avec l’alimentation humaine.

L’analyse des fermes d’Inosys-réseau d’élevage montre qu’en moyenne, une chèvre consomme en France 6,51 kg de protéines végétales, pour produire un kilo de protéines animales. 86 % de ces protéines ne sont pas consommables par l’homme. Ainsi, une chèvre française consomme en moyenne 890 grammes de protéines végétales en compétition avec l’alimentation humaine pour produire un kilo de protéines animales.

Évidemment, il y a de la variabilité au sein des élevages. Trois leviers principaux permettent d’améliorer ce critère : avoir des animaux qui valorisent un maximum l’herbe (vert ou récolté) pour produire du lait, en limitant les quantités de concentrés consommées (par litre de lait produit) et en favorisant des concentrés en faible compétition avec l’alimentation humaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité