Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

« Les choses évoluent grâce à des jeunes comme vous »

Une trentaine de jeunes agriculteurs, installés en 2016, étaient invités par le Crédit agricole pour des échanges à partir de l’analyse du marché des céréales.Des marges de progrès sont possibles dans ces exploitations comme dans les élevages.

En fin de réunion, Louis Tercinier, président de la caisse régionale de Crédit agricole, a remis un chèque de bienvenue de 500 euros aux jeunes installés dans le département en 2016.
En fin de réunion, Louis Tercinier, président de la caisse régionale de Crédit agricole, a remis un chèque de bienvenue de 500 euros aux jeunes installés dans le département en 2016.
© G.R.

«Vous représentez l’avenir de l’agriculture, même si la période n’est pas très facile. Les choses évoluent grâce à des jeunes comme vous qui adoptez de nouvelles façons de cultiver. C’est comme ça qu’on fait avancer l’agriculture ». Louis Tercinier, président de la caisse régionale de Charente-Maritime-Deux-Sèvres, était fidèle à sa façon de voir les choses, avec un optimisme constructif, le 31 janvier à Parthenay. Une trentaine de jeunes ont répondu à l’invitation de la banque qui les a accompagnés dans le financement de leur projet d’installation en 2016, pour des échanges d’informations économiques et techniques.


Certes, le marché des céréales en 2016 est loin de celui des années précédentes, avec une surproduction mondiale et des reports de stocks qui pèsent sur les cours. La France, premier producteur européen de blé, a perdu des parts de marché à cause d’une récolte décevante en 2016. Elle est descendue à 28 millions de tonnes, contre 41 millions en 2015 et les rendements sont descendus à 54 q/ha. De même, la qualité n’était pas au rendez-vous. « L’augmentation des rendements depuis quelques années, à l’exception de 2016, s’est faite au détriment de blés à forte teneur en protéines », a constaté Xavier Cassedanne, expert grandes cultures au Crédit agricole SA. « Et les prix ont chuté à cause d’une production supérieure à la consommation mondiale. Le niveau des stocks depuis quatre ans explique à 90 % la baisse des cours », poursuivait-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Publicité