Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les conditions du marché dépendent de la production au quatrième trimestre

Caveb travaille avec ses producteurs et Sovileg à la structuration d’une filière performante. De nouvelles modalités de rémunération sont proposées aux éleveurs d’ovins qui répondent aux attentes du marché.

Le contrat 2017 proposera une prime plus élevée pour les agneaux qui seront livrés de la semaine 42 à la semaine 51.
Le contrat 2017 proposera une prime plus élevée pour les agneaux qui seront livrés de la semaine 42 à la semaine 51.
© C.P.

Vendredi 3 février, les éleveurs de la Caveb étaient invités à partager leur ressenti sur la collaboration de 2016. Effectivement, les deux premières semaines de janvier ont mis fin au contrat annuel qui plaçait comme partenaires 83 exploitants, leur groupement de producteurs, Caveb et l’abattoir, Sovileg. Signé en mars 2016, celui-ci engageait les éleveurs à deux niveaux : fidélité et volume. « Les quantités évaluées à la signature du contrat faisaient l’objet d’un réajustement au moment des agnelages », précise Jean-François Marteau, éleveur en charge du suivi du dossier. Caveb et Sovileg, quant à elles, se sont engagées sur un prix de base assorti d’une prime valorisant l’effort de production sur les semaines 42 à 2. « Notre capacité à approvisionner en quantité suffisante le marché du quatrième trimestre influence les termes des accords commerciaux pour le reste de l’année », expliquait Rodolphe Lepoureau, PDG de Sovileg au cours de la réunion faisant le bilan de l’année.

En 2016, l’engagement contractuel de chacun des membres de la filière aura permis d’augmenter de 700 animaux le volume de production sur les semaines ciblées. « Cette filière a été construite de manière à ce que les frais engagés et les risques pris par la mise en œuvre du désaisonnement des brebis donnent envie aux éleveurs de s’engager », commente Jean-François Marteau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Publicité