Aller au contenu principal

Conviviales d’automne
Les Conviviales d’automne, sur deux jours et en novembre

Salon professionnel, mais ouvert au public, les Conviviales d’automnes innovent. Il se déroule les 5 et 6 novembre, avec ouverture sur deux jours au lieu de trois.

Les organisateurs des Conviviales : Pascal Mangin, directeur du lycée ; Cyril Niort, JA ; Jean-Paul Jacques, président du GTV; Arnaud Oble, directeur de la ferme des Sicaudières ; Thierry Baudouin, président de l’association des éleveurs charolais; Pascal Bisson, technicien viande à la chambre d’agriculture et Eric Fuseau, président du concours charolais.
Les organisateurs des Conviviales : Pascal Mangin, directeur du lycée ; Cyril Niort, JA ; Jean-Paul Jacques, président du GTV; Arnaud Oble, directeur de la ferme des Sicaudières ; Thierry Baudouin, président de l’association des éleveurs charolais; Pascal Bisson, technicien viande à la chambre d’agriculture et Eric Fuseau, président du concours charolais.
© DR

Les conviviales d’automnes avaient lieu habituellement à la mi-octobre. Changement cette année : les concours charolais et rouge des prés auront lieu, toujours à Bocapôle, à Bressuire, mais les 5 et 6 novembre.

« Il y a de moins en moins de gens dans les fermes. Trois jours, cela faisait trop. Et puis les nouvelles générations veulent passer leur dimanche en famille. Enfin, nous devons nous aussi organiser ces concours avec moins de bénévoles », a expliqué Eric Fuseau, président du concours. Par ailleurs, cette date de début novembre est plus compatible avec les travaux des éleveurs. En octobre, ils étaient souvent pris par les semis d’automne. Ils disposeront ainsi d’un peu plus de temps pour préparer leurs animaux.

Toutes ces raisons conduisent les organisateurs à regrouper les activités sur deux jours. Les animaux seront installés le vendredi matin. Le concours charolais, avec ses 140 animaux se déroulera de 13 h 30 à 20 heures. Le samedi, de 8 h 30 à 11 heures, ce sera au tour des 40 rouges des prés.

Le lycée des Sicaudières sera la cheville ouvrière de ces deux rendez-vous phares des Conviviales. Une classe sera mobilisée pour préparer les animaux. 

Comme les années précédentes, des animations sont prévues. Vendredi et samedi, les portes sont ouvertes aux éleveurs et au grand public. Des démonstrations sont organisées par la MSA : contention et chien de troupeau. L’entrée est gratuite.

Samedi 6, novembre, un marché de produits fermiers est organisé de 9 heures à 18 heures. A 11 heures, aura lieu la remise des prix, précédée, à 11 h 30 de la visite des officiels. De 14 heures à 15 h 30, salle du Bocage, la chambre d’agriculture et le groupement technique vétérinaire organisent une conférence, la grippe, un fléau économique. Pascal Bisson,  technicien à la chambre d’agriculture, présentera les résultats d’une enquête sur cette maladie, portant sur 450 exploitations suivies dans le cadre des fermes de référence de l’Institut de l’élevage. « La mortalité peut atteindre 15%, malgré la vaccination », faisait-il remarquer. Si les facteurs déclenchants sont essentiellement les conditions climatiques, (humidité, brouillards, froid…), les éleveurs ne peuvent pas rester inactifs face à ces pathologies, comme le soulignait Jean-Paul Jacques, prédisent du GTV des Deux-Sèvres.

Les Jeunes Agriculteurs ont pris une part active dans l’animation de cette manifestation. Samedi, à 21 heures, ils organisent un dîner dansant, avec menu gastronomique suivi d’un bal avec Odyssée Live. Malheureusement pour les visiteurs, mais pas pour les JA, « les 540 repas sont vendus. On refuse du monde », glissait mi-satisfait, mi-désolé, Cyril Niort.        

Son propre élevage sous le regard des autres éleveurs

« ON ESPÈRE développer notre activité commerciale ». Pour Thierry Boudouin, président de l’association des éleveurs charolais, la nouvelle formule des Conviviales - deux jours au lieu de trois, début novembre au lieu de mi-octobre-, devrait plaire aux éleveurs, exposants et acheteurs.

Vendre, est bien le but de ces concours où l’on retrouvera des animaux présentés à Surgères, Bressuire, Poitiers, La Roche-sur-Yon... Des animaux que les éleveurs commencent à préparer parfois un an à l’avance.

A Bressuire, Thierry Baudouin présentera six mâles de l’année, dont quatre du même père, Damas, pour briguer un prix de famille par le père. Telle est sa façon de montrer, non pas un animal en particulier, mais une plus large facette de son élevage.

Comme pour le concours charolais, le concours rouge des prés est un régional qui permet aux éleveurs de comparer leur production, leur élevage, avec leurs collègues. Le travail des éleveurs n’est jamais fini. Sans cesse il faut ajuster les différents types d’animaux. Un travail de longue haleine qui ne peut être conduit chacun dans son coin.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité