Aller au contenu principal

Environnement
Les couverts et l’herbi-semis pour une réduction des phytos

Exemple de réduction d’utilisation de produits phytosanitaires, notamment grâce à l’usage de l’herbi-semis, au binage et à la gestion des couverts.

La visite d’une parcelle de maïs et de tournesol a permis de montrer l’efficacité de l’usage de l’herbi-semis.
La visite d’une parcelle de maïs et de tournesol a permis de montrer l’efficacité de l’usage de l’herbi-semis.
© S. B.

Le 23 mai lors de la journée nationale des coopératives Ferme Ecophyto, les associés de l’Earl Angelus à Benet, Jean-Michel Garnier et son neveu Jean-Noël ont évoqué les techniques expérimentées depuis deux ans et ont montré les effets sur les parcelles de l’exploitation. « Avec le groupe des agriculteurs engagés dans le réseau Dephy  ferme animé par la Cavac, nous avons travaillé sur des solutions pour adapter nos pratiques et ainsi améliorer leur impact environnemental  sur la qualité de l’eau, de l’air et de la biodiversité. » Pour Jean-Michel Garnier, « dans ce bilan d’étape nos objectifs de réduction des produits phytos et de changements de pratique sont atteints ». C’est ainsi que pour éviter de détruire les couverts de vesce avoine avec du glyphosate, Jean-Michel s’est levé à 4 heures du matin par moins 4° C ce 9 février 2013, pour  passer le rouleau afin de les détruire en éclatant les tiges gelées. « Pour moi c’est une réussite et cela m’a réconcilié avec les couverts, j’ai ensuite pu labourer à 9 heures du matin pour préparer mes semis de printemps. » Pour Jean-Luc Lespinasse de la Cavac, qui a observé les résultats des couverts, « c’est aussi une pratique qui a un impact positif indéniable sur la structure du sol et sur son activité biologique par rapport à un sol nu. Le couvert limite les lessivages du sol et peut permettre de récupérer de l’azote jusqu’à 50 unités selon la biomasse produite. C’est aussi une technique favorable à la biodiversité en offrant des floraisons à l’automne ». Des avantages qui restent toutefois  dépendants des conditions météo pour une bonne levée et pour le développement. 

Traitement sur le rang suivi de binage
« Nous avons des résultats mais pas sans souci et parfois l’amélioration de nos pratiques n’est pas applicable, c’est  du cas par cas, selon les années » a précisé Jean-Michel Garnier qui, avec  Jean-Noël, a aussi adopté le binage des colzas qui remplace le désherbage de rattrapage. Ils ont également investi dans un autre semoir à maïs et dans l’herbi-semis. « Une technique qui permet de diminuer la quantité d’herbicide racinaire de prélevée des deux tiers, en ne traitant que la ligne de semis et suivi d’un binage dans l’interrang », a expliqué Delphine Molenat, de la chambre d’agriculture de Vendée. L’herbi-semis nécessite d’acquérir un système de traitement  avec cuve qui s’adapte sur de nombreux semoirs avec des buses à angle réduit. « Au semis il faut une attention particulière et il faut prévoir  deux binages pour une bonne maîtrise des adventices avec si possible un buttage sur le rang. » La visite d’une parcelle de maïs et de tournesol a permis de montrer l’efficacité de cette méthode  qui demande comme toute autre intervention phytos de prélevée de bien apprécier les adventices à viser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité