Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les couverts végétaux transformés en énergie

Dans le cadre d’un projet de méthanisation, les cultures intermédiaires à vocation énergétique permettent de complémenter la production énergétique des effluents.

© G.V.

Les Cive sont des cultures intermédiaires qui vont être implantées en dérobée avant une culture de printemps (Cive d’hiver) ou semées après une récolte d’orge hiver, de pois, voire de blé, pour être ensilées à partir de septembre (Cive d’été). Une fois l’implantation réussie, l’objectif est d’optimiser la récolte pour avoir un mélange de qualité et en quantité. Récoltée en plante entière, la Cive d’hiver ne doit pas être ramassée trop tardivement au risque d’être trop ligneuse et donc d’avoir un potentiel énergétique à la tonne plus faible. De plus, un mélange à base de seigle a tendance à sécher rapidement s’il est récolté après mai. Il faut donc l’ensiler rapidement après la fauche pour faciliter la réalisation du silo.

Itinéraire technique des cive

La « Cive du Thouarsais » est une Cive d’hiver compte tenu de la très faible pluviométrie d’été et des sols superficiels. L’expérience des agriculteurs de l’ABBT, adhérents à l’unité Tiper méthanisation, a une nouvelle fois servi de base aux exposés de la journée. Grégory Vrignaud qui assure le suivi technique de ces Cive depuis plusieurs années au sein de l’ABBT préconise un mélange de seigle/triticale/féverole. Ce mélange permet d’avoir une occupation du volume optimisé : le triticale monte moins haut que le seigle et assure un rôle de tuteur, la féverole (qui pourrait être remplacé par un pois) complète l’intérêt de structuration du sol par une racine pivotante. Fertilisé avec 60 unités efficace de digestat, le couvert peut être récolté dès le 15 avril à raison de 5,5 t de MS/moyenne observé sur 3 ans. En laissant 15 jours, voire un mois de plus, le développement du mélange est important : on atteint ainsi les 10 à 12 t de MS/ha au 15 mai. Mais ces situations sont à réserver au sol à forte réserve hydrique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité