Aller au contenu principal

Elevage
Les éleveurs attendent des actes pour faire face à la crise

La FDSEA et les JA sont allés, à l’appel de leurs instances nationales, vérifier dans la restauration hors foyer du département, l’origine et les prix des denrées alimentaires.

Depuis plusieurs mois, la FNSEA, les Jeunes Agriculteurs et les associassions spécialisées (FNB, FNPL, CFA, FNP, FNO, FNEC) dénoncent la grave crise économique que subit l’élevage français. Tous les éleveurs sont concernés, soumis à des charges qui s’envolent et des prix d’achats qui stagnent ou régressent. Les dernières actions syndicales visant plutôt les transformateurs ont interpellé les pouvoirs publics. Elles ont reçu le soutien de l’opinion publique. Et pourtant, force est de constater le double langage de certains, assurant vouloir défendre les agriculteurs et se positionnant comme les garants du pouvoir d’achat des Français. Pour la FNSEA, « au-delà des déclarations de tribune pour certains ou dans les réunions dans les ministères pour d’autres, les éleveurs attendent des actes ! » Et d’ajouter : « Les négociations entre la grande distribution et leurs fournisseurs sont en cours. Moins de la moitié des contrats sont signés avec une distribution qui refuse la réalité. Une augmentation des cours des matières premières agricoles doit être répercutée au consommateur sous peine de voir disparaître une partie des agriculteurs français. Cela concerne toutes les productions issues de l’élevage (viandes blanches et rouges, produits laitiers et dérivés…).Mais au-delà de la distribution, les acteurs de la restauration hors foyer s’approvisionnent majoritairement à l’extérieur de nos frontières : avec 15 % de la consommation des produits carnés en France. La mention de l’origine doit se généraliser, elle doit permettre à nos concitoyens de consommer des produits frais ou transformés issus d’animaux élevés selon les standards de qualité, de traçabilité français. Les éleveurs innovent, mettent en valeur nos territoires, les fruits de leur travail ont un coût ».Aussi, pour porter ces deux revendications, prix et mention de l’origine pour assurer un avenir aux éleveurs français, la FDSEA et les JA sont allés, à l’appel de leurs instances nationales, vérifier dans la restauration hors foyer du département, l’origine et les prix des denrées alimentaires. Ces actions permettront de mettre ce sujet à la une lors du salon de l’agriculture qui met en avant la production agricole française.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité