Aller au contenu principal
Font Size

Caprins
Les éleveurs de chèvres ne veulent pas être les grands oubliés de la médiation

De 21 heures à 23 heures, le 17 mai, une soixantaine d’éleveurs de chèvres de la Fnsea79 et des JA se sont rassemblés devant la préfecture pour demander une énième fois, au médiateur cette fois-ci, 5 centimes supplémentaires sur le prix du litre de lait.

Les éleveurs de chèvres accusent les laiteries et les GMS d’organiser un « vide-chèvreries », comme d’autres organisent des vide-greniers pour faire place nette.
Les éleveurs de chèvres accusent les laiteries et les GMS d’organiser un « vide-chèvreries », comme d’autres organisent des vide-greniers pour faire place nette.
© N. C.

Accrochée aux grilles de la préfecture, une bâche noire porte le message des éleveurs de chèvres. Ils accusent les laiteries et les GMS d’organiser un « vide-chèvreries », comme d’autres organisent des vide-greniers pour faire place nette. Thierry Jayat, président de la section lait de chèvre, a bel et bien ce sentiment : « On a l’impression que certains ont programmé notre mort », précise-t-il.
L’action des adhérents de la Fnsea 79 s’inscrit dans leur combat commencé l’été dernier après des semaines de négociations avec les laiteries et une crise qui dure depuis trois ans. Pour faire baisser les stocks de caillé, ils ont proposé une diminution de la production. Mais la réponse sera une baisse des prix alors que les charges amorcent une hausse qui devient insupportable.

Lire la suite en page 3 d'Agri79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité