Aller au contenu principal

BRILAP
Les éleveurs de lapins sous le coup d’une nouvelle baisse des achats

Les perspectives du marché du lapin ne s’éclaircissent pas. Les abatteurs veulent revoir, revus à la baisse, les quotas de productions pour la fin de l’année.

Christophe Beaudet, président du Brilap, se voulait rassurant il y a trois semaines. C’était sans compter sur une nouvelle baisse demandée par les abattoirs.
Christophe Beaudet, président du Brilap, se voulait rassurant il y a trois semaines. C’était sans compter sur une nouvelle baisse demandée par les abattoirs.
© Guy du Repaire
En cuniculture, il y a des chiffres qui ne trompent pas. Depuis 2003, le nombre d’élevages de la région qui adhèrent à un groupement de producteurs ne cesse de décliner (*). Il est passé de 190 à 148, et de 163 début 2007 à 148 en fin d’année. Par ailleurs, même si le nombre de cages mères par élevage est passé de 353 à 452, le nombre de femelles reproductrices suit globalement la courbe de celui des éleveurs. Sur cette même période, le prix à la production baisse régulièrement. De 1,67 ?, il est passé à 1,59 ? le kilo. En 2007, il a baissé de 3 % par rapport à 2006 et la tendance se poursuit sur les cinq premiers mois de 2008. Or le prix de l’aliment qui se situait en moyenne à 60 ?/t est passé à 90 ?/ t. « Pour un élevage de 600 femelles, cela représente 25 000 ? supplémentaires », a calculé Christophe Beaudet. Le 6 juin, lors de l’assemblée de Poitou-Lapins, le président du Bureau régional interprofessionnel du lapin de chair se voulait pourtant rassurant, (voir Agri 79 du 30 mai 2008). La réduction de production de 5 %, négociée il y a quelques semaines laissait espérer un dégagement du marché. Mais, alors que les éleveurs demandaient une revalorisation des cours, lors de la manifestation du 3 juin dans le Morbihan, les abatteurs répondent par une baisse supplémentaire de mise sur le marché de 5 %. « Et sans garantie de prix ! », s’insurge le président. Il parle désormais de « situation très tendue », entre les producteurs et les industriels de l’abattage (FIA). « Nous affrontons la crise la plus importante depuis vingt ans », poursuit-il. Elle se traduit par une restructuration à tous les échelons de la filière et l’absence de créations d’élevage. En 2008, tout au plus quelques aménagements d’ordre sanitaires pourront-ils être réalisés. Principal responsable, selon les abatteurs : la consommation de lapin qui baisse. Avec – 10 %, ce semestre ne fait pas mieux dans un contexte de baisse général de la consommation de viande. Selon le Brilap, il faudrait un prix de reprise de 1,770 ? au kilo vif, alors que les cours peinent à atteindre 1,407 ?. « Le revenu moyen des éleveurs pour la rémunération de leur travail et le renouvellement de leurs installations est désormais proche de zéro », disait-on au cours de l’assemblée du Brilap. « En intégrant les hausses du prix de l’aliment prévues sur les prochains mois, le revenu de l’éleveur est clairement négatif, de l’ordre de 600 à 800..» G. R. * Le nombre d’élevages de la région, non adhérents à un groupement de producteurs, est évalué à une vingtaine seulement.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Publicité