Aller au contenu principal

Fnsea 79
Les éleveurs de Terra Lacta veulent savoir la vérité sur la coopérative

L’inquiétude des producteurs de lait, livrant à Terra Lacta, est relayée par les administrateurs de la Fnsea 79. Lors de leur conseil, mardi, ils ont appelé à manifester le 6 à Surgères, afin de ne pas être oubliés dans les choix que la coopérative doit faire.

Ce qui se passe à Terra Lacta ne laisse aucun agriculteur indifférent.
Ce qui se passe à Terra Lacta ne laisse aucun agriculteur indifférent.
© G. R.
Rentrée syndicale ? « On a toujours été dans l’action cet été ». Et Patrice Coutin, président de la Fnsea 79, de rappeler la pression des éleveurs sur la grande distribution, le 17 août. Mais il a aussi donné la parole aux délégués cantonaux qui ont mené des actions locales : deux fois deux voies dans le bocage et  éoliennes dans le Mellois.
Mais le dossier Terra Lacta était le principal sujet de préoccupation du moment, mardi, lors du conseil d’administration de la Fnsea 79. Si les producteurs de lait sont les premiers concernés, le mode de gouvernance de la coopérative et ses choix stratégiques ne laissent pas les autres coopérateurs indifférents.
Thierry Jayat, président de la section caprine, est déçu « du manque d’informations sur la stratégie de Terra Lacta ». « A écouter Alain Lebret, il n’y a rien de bien alarmant », poursuit-il. Ce qui n’est son point de vue ni celui des éleveurs. Ils estiment que la mise en place
« sans concertation », d’un nouveau mode de paiement des livraisons est révélatrice de la situation dans laquelle se trouve l’entreprise. Pour Christophe Limoges, il n’y a pas de doute : « Terra Lacta a de grosses difficultés ».
Les élus syndicaux dénoncent « le manque de dialogue » entre la coopérative et les dirigeants de la coopérative. C’est la raison pour laquelle disent-ils, « il faut maintenir la pression sur les administrateurs ». Ce jeudi 6 septembre, des délégations d’éleveurs de chaque département concerné étaient invitées à se mobiliser pendant le conseil d’administration de la coopérative à Surgères, avant de demander une rencontre avec les administrateurs.
« Situation d’urgence », disent les responsables professionnels alors qu’une stratégie commerciale tarde à se mettre en place après l’échec des discussions avec Eurial. Mais aussi inquiétudes concernant l’avenir du bassin laitier de Poitou-Charentes. C’est la raison pour laquelle, Fnsea 79 et JA demandent « qu’au moins deux scénarios » soient proposés dans les sections que le président Lebret s’est engagé à réunir en octobre, afin que les éleveurs ne soient pas, une fois de plus, mis devant le fait accompli.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité