Aller au contenu principal
Font Size

Les éleveurs demandent 35 centimes par litre au lieu des 31 centimes annoncés

Les annonces du prix du lait sur les trois premiers mois de 2017 ne rassurent pas les éleveurs, qui viennent de passer deux années difficiles. Ils demandent 35 centimes par litre au lieu des 31 centimes qu’annoncent les laiteries.

Alain Billerot, de la section lait, Dominique Vivier, Mathieu Souchard, Aurélien Vivier, Sylvie Vivier, Florent Souchard et Guillaume Mandin, au Gaec de l’Orée du bois. Les éleveurs n’acceptent pas un prix du lait à 31 centimes. Ils jugent « indécente » la proposition des laiteries.
Alain Billerot, de la section lait, Dominique Vivier, Mathieu Souchard, Aurélien Vivier, Sylvie Vivier, Florent Souchard et Guillaume Mandin, au Gaec de l’Orée du bois. Les éleveurs n’acceptent pas un prix du lait à 31 centimes. Ils jugent « indécente » la proposition des laiteries.
© G.R.

«Un tiers des exploitations du bassin laitier Poitou-Charentes – Vendée va survivre. Ce qui nous inquiète, ce sont les autres », lance Alain Billerot, responsable de la section laitière de la Fnsea 79. Sur la ferme de Dominique et Sylvie Vivier, les parents, et leur fils Aurélien, au Gaec de l’Orée du Bois, à Exireuil, on est dans l’incertitude en ce début d’année ». À la réunion de Terra Lacta, on nous a annoncé 315 euros en janvier et en février, 310 euros en mars. C’est insuffisant. Il nous faudrait 350 euros les 1 000 litres sur l’année et que le prix se stabilise pour qu’on puisse investir. Dans le contexte actuel, on ne peut pas faire de budget prévisionnel », se désole Aurélien.
En matière de prix et de coûts, Aurélien sait de quoi il parle. « La petite augmentation de 2016 ne suffit pas. J’ai fait des formations sur les coûts de production. J’en arrive à la conclusion qu’il faudrait 350 euros les 1 000 litres, hors rémunération des éleveurs », a-t-il calculé. Or, les perspectives sur la campagne en cours ne sont pas encourageantes.
Le cas de ce jeune agriculteur, installé en 2010, n’est pas isolé. « Le moral des producteurs de lait n’est pas bon. La qualité des fourrages de 2016 n’est pas au rendez-vous, si bien que la production de lait a baissé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité