Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les éleveurs demandent 35 centimes par litre au lieu des 31 centimes annoncés

Les annonces du prix du lait sur les trois premiers mois de 2017 ne rassurent pas les éleveurs, qui viennent de passer deux années difficiles. Ils demandent 35 centimes par litre au lieu des 31 centimes qu’annoncent les laiteries.

Alain Billerot, de la section lait, Dominique Vivier, Mathieu Souchard, Aurélien Vivier, Sylvie Vivier, Florent Souchard et Guillaume Mandin, au Gaec de l’Orée du bois. Les éleveurs n’acceptent pas un prix du lait à 31 centimes. Ils jugent « indécente » la proposition des laiteries.
Alain Billerot, de la section lait, Dominique Vivier, Mathieu Souchard, Aurélien Vivier, Sylvie Vivier, Florent Souchard et Guillaume Mandin, au Gaec de l’Orée du bois. Les éleveurs n’acceptent pas un prix du lait à 31 centimes. Ils jugent « indécente » la proposition des laiteries.
© G.R.

«Un tiers des exploitations du bassin laitier Poitou-Charentes – Vendée va survivre. Ce qui nous inquiète, ce sont les autres », lance Alain Billerot, responsable de la section laitière de la Fnsea 79. Sur la ferme de Dominique et Sylvie Vivier, les parents, et leur fils Aurélien, au Gaec de l’Orée du Bois, à Exireuil, on est dans l’incertitude en ce début d’année ». À la réunion de Terra Lacta, on nous a annoncé 315 euros en janvier et en février, 310 euros en mars. C’est insuffisant. Il nous faudrait 350 euros les 1 000 litres sur l’année et que le prix se stabilise pour qu’on puisse investir. Dans le contexte actuel, on ne peut pas faire de budget prévisionnel », se désole Aurélien.
En matière de prix et de coûts, Aurélien sait de quoi il parle. « La petite augmentation de 2016 ne suffit pas. J’ai fait des formations sur les coûts de production. J’en arrive à la conclusion qu’il faudrait 350 euros les 1 000 litres, hors rémunération des éleveurs », a-t-il calculé. Or, les perspectives sur la campagne en cours ne sont pas encourageantes.
Le cas de ce jeune agriculteur, installé en 2010, n’est pas isolé. « Le moral des producteurs de lait n’est pas bon. La qualité des fourrages de 2016 n’est pas au rendez-vous, si bien que la production de lait a baissé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un animal a été abattu pour la première fois dans un abattoir mobile

« Une première bête a été abattue (le 25 février) dans un abattoir mobile en Loire-Atlantique », annonce Nicolas Girod, porte-…

Le fumier des volailles fertilise le sol à la place de la chimie
Interpellé, Kévin Pineau a présenté son projet aux riverains inquiets. Il aurait apprécié pouvoir échanger sur la création de son…
Le repas végétarien dans les cantines, un péril pour les éleveurs ?
Depuis le 1er novembre, les restaurants scolaires sont tenus de proposer un repas végétarien par semaine. La mesure,…
Machin'Agri79 Saison 1 #épisode1

Épisode N°1 de la série Machin'Agri, réalisé avec Honoré Sarrazin d'AgriCom' France.

« Alors osez faire œuvre de transparence, la confiance reviendra »
Les agriculteurs doivent expliquer comment ils travaillent et comment  ils prennent en compte leur environnement naturel et…
Les couverts végétaux pour moins de nitrates dans l’eau
Les syndicats d’eau potable des Deux-Sèvres organisent des rendez-vous des couverts végétaux dans le cadre de Re-Sources, le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 12.42€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Agri Informations 79
Consultez le journal Agri Informations 79 et une revue Réussir au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Agri Informations 79