Aller au contenu principal

Les éleveurs demandent 35 centimes par litre au lieu des 31 centimes annoncés

Les annonces du prix du lait sur les trois premiers mois de 2017 ne rassurent pas les éleveurs, qui viennent de passer deux années difficiles. Ils demandent 35 centimes par litre au lieu des 31 centimes qu’annoncent les laiteries.

Alain Billerot, de la section lait, Dominique Vivier, Mathieu Souchard, Aurélien Vivier, Sylvie Vivier, Florent Souchard et Guillaume Mandin, au Gaec de l’Orée du bois. Les éleveurs n’acceptent pas un prix du lait à 31 centimes. Ils jugent « indécente » la proposition des laiteries.
Alain Billerot, de la section lait, Dominique Vivier, Mathieu Souchard, Aurélien Vivier, Sylvie Vivier, Florent Souchard et Guillaume Mandin, au Gaec de l’Orée du bois. Les éleveurs n’acceptent pas un prix du lait à 31 centimes. Ils jugent « indécente » la proposition des laiteries.
© G.R.

«Un tiers des exploitations du bassin laitier Poitou-Charentes – Vendée va survivre. Ce qui nous inquiète, ce sont les autres », lance Alain Billerot, responsable de la section laitière de la Fnsea 79. Sur la ferme de Dominique et Sylvie Vivier, les parents, et leur fils Aurélien, au Gaec de l’Orée du Bois, à Exireuil, on est dans l’incertitude en ce début d’année ». À la réunion de Terra Lacta, on nous a annoncé 315 euros en janvier et en février, 310 euros en mars. C’est insuffisant. Il nous faudrait 350 euros les 1 000 litres sur l’année et que le prix se stabilise pour qu’on puisse investir. Dans le contexte actuel, on ne peut pas faire de budget prévisionnel », se désole Aurélien.
En matière de prix et de coûts, Aurélien sait de quoi il parle. « La petite augmentation de 2016 ne suffit pas. J’ai fait des formations sur les coûts de production. J’en arrive à la conclusion qu’il faudrait 350 euros les 1 000 litres, hors rémunération des éleveurs », a-t-il calculé. Or, les perspectives sur la campagne en cours ne sont pas encourageantes.
Le cas de ce jeune agriculteur, installé en 2010, n’est pas isolé. « Le moral des producteurs de lait n’est pas bon. La qualité des fourrages de 2016 n’est pas au rendez-vous, si bien que la production de lait a baissé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité