Aller au contenu principal

Action syndicale
Les éleveurs demandent un plan d'urgence

La FDSEA et les JA invitent les politiques et les élus locaux, mercredi 7 mai à 10 heures, sur une exploitation d’élevage à Noirterre pour venir constater, sur le terrain, le marasme qui touche l’élevage.

La FDSEA et les JA appellent les éleveurs à se mobiliser mercredi 7 mai.
La FDSEA et les JA appellent les éleveurs à se mobiliser mercredi 7 mai.
© DR
Pour la FDSEA et les JA, l’élevage est en danger. Dans toutes les productions, le constat est le même, en aviculture, en production porcine, en production ovine et bovine ou encore en lait de vache et chèvre, la situation des éleveurs ne cesse de se dégrader.
Les coûts de production flambent, hausse spectaculaire de l’aliment du bétail, de l’énergie (gaz, fuel domestique…), des engrais, des produits phytosanitaires…
Pendant ce temps, pour de nombreuses productions, à l’exception du lait, les prix payés aux producteurs baissent. La crise sanitaire FCO (Fièvre catarrhale ovine) ne fait qu’amplifier le phénomène. La situation n’est pas tenable, l’absence de perspectives menace de nombreuses filières, l’emploi et l’aménagement du territoire.
Face à ce constat sans précédent, la FDSEA et les JA proposent de faire un état de situation de la crise vécue actuellement mercredi 7 mai 2008 à 10 h 30 sur l’exploitation du GAEC l’Epinais, chez messieurs Charrier Christian et Patrice, au lieu-dit l’Epinais sur la commune de Noirterre.
Au cours de cette rencontre, chaque responsable des sections d’élevage de la FDSEA présentera la situation et les revendications des producteurs. La FDSEA a également invité le préfet, le directeur de la DDAF, le directeur des services vétérinaires mais également les élus politiques (sénateurs, députés, conseillers généraux, présidents de pays et communautés de communes), et les organisations professionnelles agricoles à venir constater sur place le marasme de l’élevage.
La FDSEA et les JA attendent également leurs responsables communaux et cantonaux ainsi que de nombreux adhérents pour montrer la détermination du monde de l’élevage face à une crise sans précédent aux origines multiples.
P. F.

Patrice Coutin, président de la FDSEA  : « Le revenu se dégrade à vitesse grand V »

Le FDSEA appelle à se mobiliser mercredi prochain. Que se passe-t-il ?
Depuis plusieurs semaines, les éleveurs répondent présents devant les sous-préfectures de Bressuire et de Parthenay, et dans une ferme ovine, où ils ont rencontré les élus. La semaine dernière quatre-vingt d’entre eux, du nord du département, se sont joints aux éleveurs des Pays de la Loire, au nord de Nantes, pour dénoncer la grande distribution qui s’accapare des marges exorbitantes, alors qu’elle communique en disant qu’elle défend le consommateur.

Quelles sont vos revendications ?
On sent une très forte inquiétude, des éleveurs en particulier, qui voient leur revenu se dégrader à la vitesse grand V. Ce malaise général est plus accentué parmi les éleveurs d’ovins, de lapin, de porc, de volaille et de bovins. Ils commencent à parler de leur besoin de contracter des prêts à court terme pour payer leurs fournisseurs.
Nous allons expliquer cette situation aux élus du département, conseillers généraux et régionaux, présidents de communautés de communes, parlementaires et à l’administration. Nous voulons leur faire prendre conscience des problèmes de revenu des agriculteurs des Deux-Sèvres, et des conséquences de la détérioration de ce revenu sur l’emploi.

Vous vous adressez à eux en tant que relais auprès des pouvoirs publics…
Oui, pour demander un plan de sauvetage de l’élevage dans la durée, avec des aides directes. La hausse du coût de l’aliment, de l’énergie des produits phytosanitaires est insupportable de même que la baisse des prix des produits comme les broutards, ou les agneaux. Nous leur ferons part en même temps de notre inquiétude face à la fièvre catarrhale. J’ai d’ailleurs dit lundi au préfet que j’ai rencontré, qu’il fallait rapidement organiser une réunion avec les vétérinaires, sous l’égide de l’administration, pour arrêter une stratégie de vaccination et les tarifs, car tout n’est pas réglé sur ce dossier.
Propos recueillis
par Guy du Repaire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Petites villes de demain : le programme pour relancer les communes rurales

Dans les Deux-Sèvres, 18 communes ont été retenues pour bénéficier du programme « Petites villes de demain ». Les EPCI de l’…

Avec le parrainage, Mathieu a enfin pu s’installer
Dispositif proposé par les chambres d’agriculture et finançable par Pôle emploi, le stage parrainage permet de se projeter dans…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Les questions des enfants à un éleveur de vaches
Les élèves de CM1 de l’école du chêne, à Lezay, ont pu échanger avec un éleveur de vaches salers le temps d’un après-midi. La…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Publicité