Aller au contenu principal

Les éleveurs des Charolaises concourent pour le Bovin d'orMargueFOIRE CONCOURS Les 4 et 5 décembre, la foire concours d'animaux de boucherie organisée par l'Apocab à Parthenay réunira 498 animaux.

CONCOURS Les 4 et 5 décembre, la foire concours d'animaux de boucherie organisée par l'Apocab à Parthenay réunira 498 animaux.

Laurent Allard et son fils Damien exposeront trois génisses. Parmi les 498 animaux exposés, 65 seront des Charolaises. Le Bovin d’or, récompense suprême du rassemblement commercial, sera remis à l’un des animaux de cette race mise à l’honneur cette année.
Laurent Allard et son fils Damien exposeront trois génisses. Parmi les 498 animaux exposés, 65 seront des Charolaises. Le Bovin d’or, récompense suprême du rassemblement commercial, sera remis à l’un des animaux de cette race mise à l’honneur cette année.
© CHRISTELLE PICAUD

Depuis un an, tous les animaux qui fréquentent les concours doivent être indemnes d'IBR. Cette obligation, qui va dans le sens attendu de la qualité sanitaire, a tout d'abord fait trembler les organisateurs des rassemblements d'animaux. Les adhérents de l'Apocab également. « Finalement, pas de changement », estime Joël Denis, le président de l'association organisatrice de la foire concours d'animaux de boucherie de Parthenay. 498 sujets ont été inscrits par 190 éleveurs au rendez-vous commercial qui aura lieu au marché les 4 et 5 décembre. « Nous avons probablement perdu certains engraisseurs dont les élevages ne sont pas indemnes », commente le responsable. Un moins compensé par la satisfaction d'exploitants jusqu'alors prudents. Laurent Allard est de ceux-là. Naisseur-engraisseur à Saint-Germier, l'éleveur de Charolaises, présentera cette année trois génisses contre deux l'an dernier. « Le retour des animaux sur l'exploitation sera bien plus simple que par le passé », estime-t-il. Jusqu'à cette année, pour protéger son élevage qualifié, le producteur était contraint de mettre en quarantaine les bêtes ayant participé à un rassemblement. « Je devais financer une prise de sang de contrôle. Pendant 15 jours, le temps nécessaire au retour des résultats, je perdais pour les bêtes concernées et les naissances, le statut d'indemne. Le récupérer impliquait un certain nombre de démarches administratives ».

 

La décision des marchés est donc pour cet exploitant une bonne nouvelle. À la tête d'un troupeau de 50 vaches reproductrices, il assoit sa stratégie commerciale sur les concours de haute qualité bouchère. Particulièrement sensible à la conformation, le travail génétique, au Gaec Bourg Gaillard, est orienté sur la production de viande. « À Noël ou à Pâques, je prépare les animaux qui peuvent l'être. Cinq à huit femelles, essentiellement des génisses, sont chaque année ainsi valorisées ». Sur ces animaux, qui pèsent en moyenne 600 kg carcasse, le producteur bénéficie, en comparaison du marché, d'une plus-value allant de 50 centimes à 1 euro du kilo carcasse.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité