Aller au contenu principal
Font Size

Ovins
Les éleveurs d’ovins manifestent leur ras-le-bol

Une conférence européenne, un conseil des ministres… l’élevage ovin est au cœur des débats. Les éleveurs veulent se faire entendre avant les prochaines négociations.

Près de 250 éleveurs d’ovins se sont réunis au rond-point du Repère au nord de Bellac pour sensibiliser les automobilistes à la crise que le secteur ovin connaît, notamment en distribuant des tracts.
Près de 250 éleveurs d’ovins se sont réunis au rond-point du Repère au nord de Bellac pour sensibiliser les automobilistes à la crise que le secteur ovin connaît, notamment en distribuant des tracts.
© DR
Mercredi 27 août, près de 250 éleveurs d’ovins, suite à l’appel de la FDSEA de Haute-Vienne et des FRSEA du Limousin et de Poitou-Charentes, ont ralenti la circulation au rond-point du Repère au nord de Bellac, en Haute-Vienne. Axe stratégique de circulation, au cœur du bassin de production, ces éleveurs arrêtaient les automobilistes afin de leur expliquer la crise actuelle que traverse l’élevage ovin. Confrontée à des crises sanitaires, fièvre catarrhale ovine, tremblante, la production ovine connaît également une baisse de revenu confortée par une morosité des marchés depuis plusieurs semaines. Face à des baisses récurrentes du cheptel d’ovins « Nos brebis qui font les paysages que vous aimez » sont menacées de disparaître. Une mobilisation massive Ainsi, à Bellac, la mobilisation des éleveurs d’ovins était massive pour faire prendre conscience aux consommateurs mais aussi aux responsables politiques des enjeux de leur soutien en faveur de la filière ovine. Des tracts, présentant la situation de la filière, de même que des autocollants « Nos brebis font les paysages que vous aimez » ont été distribués. Les professionnels ont également fait signer une pétition nationale de soutien à l’élevage ovin. Cette pétition, accompagnée de courriers de soutien à la production ovine, est diffusée sur tout le territoire national. Avant le conseil des ministres de novembre, où seront actées les mesures à mettre en œuvre pour la production ovine, l’ensemble de ces documents, signé aussi bien par les consommateurs que par les élus, sera envoyé à Michel Barnier. Une conférence européenne Cette action, à Bellac, a été réalisée en amont de la conférence européenne sur l’élevage ovin, programmée les 4 et 5 septembre à Limoges. Il est de la responsabilité pleine et entière de la profession de réussir cette conférence afin de permettre la sauvegarde de cette production de même que les emplois et outils qui y sont liés. C’est pourquoi, afin de maintenir la pression jusqu’à cette rencontre, les éleveurs ont manifesté leur désarroi à Bellac. Anne Claire Augereau Retrouvez également dans votre journal Agri79 l'intervention de Lyam Aylward, député européen irlandais.Témoignage, Patrick Soury, Président section ovine FRSEA Poitou-Charentes : «Maintenir la pression auprès des pouvoirs publics » « L’action de Bellac était l’occasion pour les éleveurs d’ovins d’orienter les projecteurs sur la situation difficile, voire dramatique de leur exploitation. Ce blocage constituait également un point de ralliement des moutonniers du Limousin et du Poitou-Charentes pour maintenir la pression auprès des pouvoirs publics. Le rond-point du Repère traduit, de manière symbolique, la situation actuelle de l’élevage d’ovins qui se trouve à un carrefour décisif : sa disparition prochaine ou bien sa sauvegarde, si des avancées nous sont données rapidement. Les éleveurs d’ovins attendent beaucoup de la conférence européenne ovine mais aussi du conseil des ministres de novembre. Les déclarations de Michel Barnier concernant le dossier « ovin » sont plutôt encourageantes. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons que la conférence ovine de Limoges se déroule dans une ambiance sereine aboutissant à un travail constructif. Cependant nous ne devons pas baisser la garde. Bellac est donc un point de départ, pour la FRSEA Poitou-Charentes, d’actions programmées au cours de l’automne : pose de balles habillées en bordure de route, pose d’affiches aux entrées des agglomérations, signatures de pétitions, transhumances… »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité