Aller au contenu principal

Lait
Les éleveurs laitiers sont d’utilité publique

L’interprofession laitière, organise plusieurs opérations de communication à destination du grand public comme des éleveurs, notamment pour leur redonner confiance.

Expliquer l’utilité publique de la filière lait et combattre les aspirations libérales de Bruxelles, ce sont les objectifs de la campagne de promotion lancée par le Cniel.
Expliquer l’utilité publique de la filière lait et combattre les aspirations libérales de Bruxelles, ce sont les objectifs de la campagne de promotion lancée par le Cniel.
© DR
Mobiliser le grand public, l’alerter sur les enjeux de la réforme de la Pac, telles sont les ambitions du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel). Car le 20 mai, les négociations sur le bilan de santé de la Pac débutent. Dans ce contexte, le président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), Henri Brichart entend expliquer « à quoi servent les éleveurs et les dangers qui guettent la profession ». Ces dix dernières années, 5 000 exploitations ont disparu par an et les orientations de la nouvelle Pac risquent d’attiser la tendance. Pour véhiculer le message, l’interprofession laitière use de divers moyens qui ont déjà fait leur preuve. Sur Internet, une pétition, www.jesoutiensleseleveurslaitiers.com témoigne de l’importance de l’élevage laitier pour l’environnement, la consommation des Français et l’économie en général. Cent mille signatures sont souhaitées avant le 3 juin (2 700 à l’heure actuelle), date à laquelle cette pétition sera présentée au Parlement européen à Strasbourg. Pour Henri Brichart, cette opération reste un moyen de pression auprès des députés et des hommes politiques. Bien que l’orientation choisie par la nouvelle Pac soit la dérégulation, il espère « que tout n’est pas encore écrit ». Et ajoute : « En agriculture, le tout libéral a des limites. Il faudra toujours une forme d’encadrement de la production. Il est nécessaire de donner des moyens à la production et à la transformation laitière de s’organiser ». Jamais à court d’idées, le Cniel a choisi de greffer une autre action de communication.

Reconstitution
Le 23 avril, la place de la Bourse, à Paris, accueille la « Fête de la mise à l’herbe ». Au cœur de la capitale, Franciliens et Parisiens peuvent assister à « une mise à l’herbe en direct ». Sont reconstitués une étable, des prairies avec six vaches laitières, une salle de stabulation avec la possibilité d’une initiation à la traite. Sans oublier des animations sur l’alimentation des vaches, des reportages projetés sur grand écran concernant la mise à l’herbe en montagne ou en plaine, un milk bar, déjà testé à d’autres occasions et populaire aussi bien chez les grands que chez les petits. Des documents d’informations (cartes postales et dépliants) sont également disponibles. Si ces actions permettent de faire prendre conscience au public des difficultés rencontrées par les éleveurs, la dérégulation dans le secteur du lait semble planée. En 2015, les quotas auront disparu. Lucide, le président de la FNPL entend garder le moral : « Nous ne sommes pas effondrés devant le bilan de santé », déclarait-il le 20 mars dernier à l’assemblée générale de la FNPL devant le ministre de l’Agriculture. « Nous préparons l’après 2015 en travaillant sur le sujet difficile de la contractualisation. Il reste un énorme travail pour nous mettre d’accord entre nous producteurs et les entreprises ». Selon lui, il reste, par ailleurs, à faire des propositions comme la mise en place de DPU flottants ou la création de systèmes d’assurance marge. À la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL), le même regret est palpable : « L’agriculture ne peut être jetée dans le marché mondial sans règle, sans code de bonne conduite, sans outil de régulation », indique Gérard Budin, le président de la FNCL qui a évoqué la contractualisation — à défaut des quotas — comme outil de régulation lors de l’assemblée générale en avril.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité