Aller au contenu principal
Font Size

Les éleveurs se nourrissent de l’expérience des autres

Un nouveau groupe vient de voir le jour en Gâtine. Une dizaine d’éleveurs ont réfléchi ensemble à l’élevage des chevrettes. La ration était au cœur des échanges.

Nathalie Maudet a augmenté la part des matières premières dans la ration, ce qui lui a permis de mieux maîtriser ses charges.
Nathalie Maudet a augmenté la part des matières premières dans la ration, ce qui lui a permis de mieux maîtriser ses charges.
© C.P.

L’élevage d’une chevrette coûte en moyenne 142 euros. « L’écart entre l’exploitation la plus performante et la moins performante est de 109 € », annonce Angélique Roué, animatrice du tout nouveau groupe caprin de Gâtine. Un chiffre qui interpelle les dix éleveurs venus échanger jeudi 4 mai. À Saurais, Nathalie Maudet les recevait pour cette journée de réflexion autour de l’élevage des chevrettes. Cette étape est capitale pour l’avenir du troupeau. S’il convient de maîtriser le coût de production des jeunes, la préparation des futures reproductrices est identifiée comme prioritaire par ceux dont le lait fait le revenu.


Dans la chèvrerie, les débats vont bon train. Des problèmes sanitaires à l’écornage en passant par le sondage des chevrettes, le partage d’expériences est dense. On tend l’oreille, on griffonne sur un coin de papier les chiffres, les composants de la ration, le nom d’interlocuteurs présentés comme référents par les collègues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité