Aller au contenu principal

Les éleveurs se nourrissent de l’expérience des autres

Un nouveau groupe vient de voir le jour en Gâtine. Une dizaine d’éleveurs ont réfléchi ensemble à l’élevage des chevrettes. La ration était au cœur des échanges.

Nathalie Maudet a augmenté la part des matières premières dans la ration, ce qui lui a permis de mieux maîtriser ses charges.
Nathalie Maudet a augmenté la part des matières premières dans la ration, ce qui lui a permis de mieux maîtriser ses charges.
© C.P.

L’élevage d’une chevrette coûte en moyenne 142 euros. « L’écart entre l’exploitation la plus performante et la moins performante est de 109 € », annonce Angélique Roué, animatrice du tout nouveau groupe caprin de Gâtine. Un chiffre qui interpelle les dix éleveurs venus échanger jeudi 4 mai. À Saurais, Nathalie Maudet les recevait pour cette journée de réflexion autour de l’élevage des chevrettes. Cette étape est capitale pour l’avenir du troupeau. S’il convient de maîtriser le coût de production des jeunes, la préparation des futures reproductrices est identifiée comme prioritaire par ceux dont le lait fait le revenu.


Dans la chèvrerie, les débats vont bon train. Des problèmes sanitaires à l’écornage en passant par le sondage des chevrettes, le partage d’expériences est dense. On tend l’oreille, on griffonne sur un coin de papier les chiffres, les composants de la ration, le nom d’interlocuteurs présentés comme référents par les collègues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
La vente de taureaux des Sicaudières se tiendra en présentiel et en ligne
Le 12 mars, la station d’évaluation du lycée agricole de Bressuire proposera 35 taureaux à la vente. Dernière vente de charolais…
Publicité