Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les éleveurs toujours dans l’attente

Au Sommet de l’Elevage, Stéphane Le Foll n’a pas répondu aux demandes des éleveurs sur la signature de nouveaux protocoles sanitaires pour reprendre les courants d’exportation et l’assouplissement des règles de circulation des animaux dans les zones interdites.

« Notre objectif est de garder les marchés à l’exportation et nous ne pouvons pas nous permettre de découvrir un cas de FCO sur des animaux exportés chez nos clients », a déclaré le ministre.
« Notre objectif est de garder les marchés à l’exportation et nous ne pouvons pas nous permettre de découvrir un cas de FCO sur des animaux exportés chez nos clients », a déclaré le ministre.
© sophie giraud-chatenet

Très attendu sur la gestion de la FCO au Sommet de l’Elevage, le ministre de l’Agriculture n’a pas convaincu les éleveurs. Certes, un nouveau protocole sanitaire a été signé avec l’Espagne et devrait permettre aux exportations de broutards de reprendre, mais les négociations sont toujours en cours avec les principaux clients des animaux français.  La Turquie par exemple a seulement accepté de réduire les zones à partir desquelles elle refuse d’acheter des animaux. En effet, les discussions avec les autorités sanitaires turques ont permis de revenir aux départements concernés par l’épizootie et non plus la région. Avec l’Algérie, le ministre a annoncé qu’il se rendrait prochainement à Alger pour débloquer la situation. Quant à l’Italie, le plus important marché d’exportation pour le maigre français, les discussions sont toujours en cours. La reprise des courants d’exportation est particulièrement prégnante quand on sait que 500 000 animaux sont habituellement exportés à partir de cette zone, d’ici la fin de l’année.
C’est la raison pour laquelle au-delà de la signature de nouveaux protocoles sanitaires avec les clients, les éleveurs plaident pour un assouplissement des règles de circulation des animaux, et notamment la suppression de la zone d’interdiction (20 km autour du foyer) dans laquelle les animaux sont bloqués au moins pendant quatre-vingts jours (soixante jours après les deux vaccinations exigées, elles-mêmes espacées de trois semaines). « Nous ne comprenons pas qu’une maladie qui n’a aucune conséquence sur la santé humaine soit soumise à des règles aussi draconiennes et bloque les animaux dans les exploitations », s’est insurgé Jacques Chazalet, le président du Sommet de l’élevage en accueillant le ministre. Si Stéphane Le Foll reconnaît aussi que ces règles sont trop strictes, il renvoie à une éventuelle modification à des négociations communautaires. Ce qui demandera un certain temps. « Notre objectif est de garder les marchés à l’exportation et nous ne pouvons pas nous permettre de découvrir un cas de FCO sur des animaux exportés chez nos clients », a déclaré le ministre.
Reste la question de l’indemnisation des éleveurs qui sont obligés de garder leurs animaux sur leur exploitation. Stéphane Le Foll a promis d’accélérer la procédure des calamités pour les éleveurs sinistrés par la sécheresse. « Les aides seront versées d’ici la fin de l’année », a-t-il promis dans les départements du bassin allaitant. Mais sur la prise en charge précise des coûts liés à l’immobilisation des animaux dans les élevages, le fonds de mutualisation sanitaire et environnemental (FMSE) devrait procéder aux premiers versements pour une période limitée. Le relais devrait être pris ensuite par les pouvoirs publics, en raison du coût important que cela représente. Devant l’insistance des représentants des éleveurs, Stéphane le Foll s’est engagé en ce sens.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité