Aller au contenu principal

Travaux
Les entrepreneurs du territoire sont au travail

Les entrepreneurs du territoire sont sur le terrain et s’adaptent pour éviter la propagation du virus.

© Richard Revel / Pixabay

Ces derniers mois n’avaient déjà pas été faciles pour les entrepreneurs des territoires (EDT). « La mauvaise météo nous a empêchés de travailler dans de bonnes conditions. Le potentiel de travail est là, mais le climat ne nous a pas permis de démarrer aux bonnes dates, confie Philippe Largeau, le président des EDT Nouvelle-Aquitaine, et vice-président de la FNDT. On a pris un mois de retard pour l’épandage » ! Désormais, c’est avec l’épidémie du coronavirus qu’il faut composer. Les ETA sont autorisées à maintenir leur activité.

Bien sûr, les gérants des EDT et leurs salariés doivent appliquer les mesures « barrières » en vigueur actuellement, que ce soit dans leurs ateliers, où le nombre de personnes est limité, ou lors de déplacements dans les exploitations. Mais les contraintes d’organisation ne s’arrêtent pas là : Philippe Largeau rappelle que les chauffeurs doivent désinfecter la cabine intérieure du tracteur au début et à la fin de chaque journée avec un spray désinfectant par exemple, ainsi que les poignées de portes de la cabine du tracteur. « Il ne faut pas non plus laisser monter quelqu’un dans la cabine du tracteur avec le chauffeur », précise Philippe Largeau. De nouvelles règles sont aussi à appliquer en matière de vêtements : la combinaison de travail doit être changée pour un ensemble propre chaque jour, ou alors, il faut utiliser une cotte jetable, qu’il faudra changer chaque jour.

Autre changement dans le quotidien de travail, les salariés des EDT vont devoir aussi apporter leur nourriture et boissons sur les exploitations où ils travaillent. Un repas qu’il n’est pas possible de prendre en commun : il y a évidemment interdiction d’entrer déjeuner dans la maison d’un client. De la même manière, pas question de partager à plusieurs salariés le même habitacle d’un véhicule pour se rendre chez un client. Si les temps s’annoncent compliqués, Philippe Largeau donne une priorité pour les EDT : « travailler en bonne intelligence ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité