Aller au contenu principal

Sanitaire export
Les exigences FCO évoluent

Les éleveurs doivent identifier rapidement les bovins susceptibles d’être exportés pour démarrer leur vaccination.

Blonde d'aquitaine
Pour pouvoir exporter des animaux à partir du 21 avril, il faut que la vaccination de ces derniers soit démarrée au plus tard fin janvier.
© DR

Dans le cadre de l’entrée en vigueur de la Loi de santé animale (LSA) européenne prévue à ce jour le 21 avril 2021 prochain, les exigences concernant la fièvre catarrhale ovine pour les échanges européens de ruminants vont évoluer.

Ainsi, les accords bilatéraux, comme par exemple celui entre la France et l’Italie, deviennent caducs.

Cette nouvelle réglementation imposera comme règle générale que les animaux soient valablement vaccinés contre la FCO sérotype 4 et 8, depuis plus de 60 jours avant envoi (contre plus de 10 jours aujourd’hui pour l’Italie, seulement contre le sérotype 8).

Ainsi, dans la majorité des cas, il faudra compter au moins 81 jours à partir de la première injection de primo-vaccination pour un vaccin ayant deux injections à 21 jours d’intervalle. Des modalités dérogatoires sont permises par la LSA, mais elles ne pourront plus être bilatérales : elles devront s’appliquer à tous les États membres de l’Union Européenne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité