Aller au contenu principal

Les exploitants découvrent les règles du 5e programme de la directive nitrates qui s’appliquent depuis le 27 juin

Les éleveurs sont invités à déclarer leur crainte de ne pas répondre aux nouvelles règles de stockage. Cette déclaration faite auprès des services de la DDT avant le 1er novembre, offrira deux ans de sursis aux exploitations. Un délai pour bien cibler les besoins.

Les cinq réunions (en photo, à Bressuire et à Melle) sur le 5e programme d’action de la directive nitrates ont réuni 200 personnes.
Les cinq réunions (en photo, à Bressuire et à Melle) sur le 5e programme d’action de la directive nitrates ont réuni 200 personnes.
© N.C.

Cinq réunions, deux cents  personnes. À quinze jours de l’échéance du 1er novembre, la chambre d’agriculture en partenariat avec la DDT termine la campagne de présentation du 5e programme d’action de la directive nitrates. Cette échéance concerne le point de cette nouvelle réglementation le plus difficile à accepter par les agriculteurs éleveurs : la mise aux normes des capacités de stockage. A Bressuire comme à Melle, la projection du tableau précisant par espèce et par zone, les volumes désormais réglementaires (*), soulevait bien des questions économiques et techniques. « Le changement des règles, alors que les dépenses imposées par la précédente réglementation ne sont pas payées, devrait nous amener à réinvestir dans des équipements improductifs ?». La pilule passe mal. Et d’autant moins, insistait  un participant à la réunion de Melle du 10 octobre dernier, que « par ailleurs les politiques ne cessent de clamer haut et fort qu’il faut absolument maintenir l’élevage, cette activité à forte valeur ajoutée ; créatrice d’emplois dans les territoires ». A ce rythme regrettait un éleveur présent à Bressuire le 7 octobre, « ce 5e programme va conduire les animaux à l’abattoir ? Croyez-vous que nous avons les moyens d’investir à nouveau ? ».  Nicolas Cornuau, en charge de l’unité gestion de l’eau à la DDT et Thierry Grelier, son assistant lors de ces journées d’informations, entendent. Présenter le nouveau programme était leur mission à l’occasion de ces rendez-vous organisés par la chambre d’agriculture. Déterminés à apporter aux exploitants présents autant de réponses possibles à leurs questions, ils sont en revanche rigoureusement restés sur le terrain réglementaire. « Depuis le 27 juin, date de la signature de l’arrêté régional qui vient compléter l’arrêté national du 1er novembre 2013, le 5e programme s’applique. L’Etat français, conscient des conséquences de cette nouvelle réglementation a prévu un régime dérogatoire. Ceux d’entre vous dont l’exploitation ne répondrait pas aux nouvelles normes(*), également ceux qui doutent, sont invités à se faire connaître auprès des services de la DDT avant le 1er novembre », explique Nicolas Cornuau.

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité