Aller au contenu principal

Le point sur les attentes sociétales
Les Français pour « une meilleure prise en compte » du bien-être animal

Moutons au champ
© Anne Frintz

Selon un sondage IFOP réalisé pour le compte de la Fondation Brigitte Bardot et rendu public le 19 août, les Français souhaitent, dans une grande majorité, que les questions du bien-être animal, sous toutes ses formes, soient mieux prises en compte. Ainsi, à la question : « Seriez-vous favorable à rendre obligatoire un accès à l’extérieur, pour tous les animaux d’élevage, dans un délai de dix ans ? », pas moins de 91 % des sondés se déclarent « favorables » à cette mesure, 60 % se disant même « très favorables ». À la question, « Seriez-vous favorable ou opposé à ce qu’en France, on rende obligatoire, en toutes circonstances, l’étourdissement des animaux de boucherie avant leur abattage ? », 86 % des sondés répondent par l’affirmative.

Dans le même sondage qui a été réalisé auprès d’un échantillon de 1 009 personnes représentatif de la population française entre le 5 et le 7 août, ils sont 82 % à s’opposer à la chasse à courre et 73 % à partager l’idée d’aider les cirques à organiser des spectacles sans animaux sauvages. La même proportion est prête à soutenir l’interdiction de l’expérimentation animale dans un délai de dix ans.

À la question : « En France, plus de 80 % des animaux sont élevés dans des conditions (cages, bâtiments fermés sans accès extérieurs) qui ne répondent pas à leurs besoins. Seriez-vous favorable ou opposé à l’interdiction en France de l’élevage en cages dans un délai de 5 ans ? », 82 % des personnes interrogées répondent qu’elles sont favorables et 18 % opposées.

Interrogé par le quotidien Le Monde, le chercheur en sciences politiques, Christophe Traïni (IEP Aix-en-Provence), indique que ce sondage informe aussi « sur la manière dont la Fondation Bardot formalise ses revendications et s’applique à les rendre visibles au sein de l’espace public ». Il explique également que « les réseaux militants ont participé à la diffusion des idées antispécistes, forgées dans les milieux universitaires anglo-saxons » et que « les fédérations de professionnels, de la filière viande ou de la chasse, exercent une contre-mobilisation » face aux actions des organisations animalistes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Les travaux de la ferme aux 1200 taurillons pourraient débuter en 2021
La décision de la cour administrative d’appel, le 29 décembre, a fait tomber l’annulation de l’autorisation d’exploiter qui avait…
Publicité