Aller au contenu principal

Le point sur les attentes sociétales
Les Français pour « une meilleure prise en compte » du bien-être animal

Moutons au champ
© Anne Frintz

Selon un sondage IFOP réalisé pour le compte de la Fondation Brigitte Bardot et rendu public le 19 août, les Français souhaitent, dans une grande majorité, que les questions du bien-être animal, sous toutes ses formes, soient mieux prises en compte. Ainsi, à la question : « Seriez-vous favorable à rendre obligatoire un accès à l’extérieur, pour tous les animaux d’élevage, dans un délai de dix ans ? », pas moins de 91 % des sondés se déclarent « favorables » à cette mesure, 60 % se disant même « très favorables ». À la question, « Seriez-vous favorable ou opposé à ce qu’en France, on rende obligatoire, en toutes circonstances, l’étourdissement des animaux de boucherie avant leur abattage ? », 86 % des sondés répondent par l’affirmative.

Dans le même sondage qui a été réalisé auprès d’un échantillon de 1 009 personnes représentatif de la population française entre le 5 et le 7 août, ils sont 82 % à s’opposer à la chasse à courre et 73 % à partager l’idée d’aider les cirques à organiser des spectacles sans animaux sauvages. La même proportion est prête à soutenir l’interdiction de l’expérimentation animale dans un délai de dix ans.

À la question : « En France, plus de 80 % des animaux sont élevés dans des conditions (cages, bâtiments fermés sans accès extérieurs) qui ne répondent pas à leurs besoins. Seriez-vous favorable ou opposé à l’interdiction en France de l’élevage en cages dans un délai de 5 ans ? », 82 % des personnes interrogées répondent qu’elles sont favorables et 18 % opposées.

Interrogé par le quotidien Le Monde, le chercheur en sciences politiques, Christophe Traïni (IEP Aix-en-Provence), indique que ce sondage informe aussi « sur la manière dont la Fondation Bardot formalise ses revendications et s’applique à les rendre visibles au sein de l’espace public ». Il explique également que « les réseaux militants ont participé à la diffusion des idées antispécistes, forgées dans les milieux universitaires anglo-saxons » et que « les fédérations de professionnels, de la filière viande ou de la chasse, exercent une contre-mobilisation » face aux actions des organisations animalistes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité