Aller au contenu principal

Aviculture
Les industriels au soutien de la production

L’aval de la filière est contraint à la performance économique. Alors que les contrats de production sont revus en faveur des éleveurs, les industriels, pour préserver le potentiel de production menacé par les départs en retraite, soutiennent les investissements.

Craignant un manque du côté de la production et donc pour l'équilibre de la filière, les groupes industriels mettent la main au portefeuille pour encourager la production.
Craignant un manque du côté de la production et donc pour l'équilibre de la filière, les groupes industriels mettent la main au portefeuille pour encourager la production.
© Réussir
Faute de repreneurs, les 42 salariés que comptait Frivole, un abattoir parthenaisien de volailles viennent de perdre leur emploi.
Comme Frivole, tous les opérateurs ont dû faire face ces derniers mois à l’envolée du prix des matières premières. « Dans la filière avicole, filière intégrée, le prix de la volaille payé aux producteurs est indexé sur le prix de l’aliment », cadre Gérard Kéraval, technicien de la chambre d’agriculture. L’un ne pouvant augmenter sans que l’autre ne suive, fin 2007 les contrats des éleveurs ont été revus à la hausse. Cette bouffée d’oxygène attendue par un maillon production essoufflé par le poids des charges de structure, contraint aux efforts les opérateurs dont l’avenir, et plus qu’hier encore, dépendra de l’efficacité économique.

Anticiper
Alors même que le prix des céréales les oblige à revoir la nature des contrats, les abatteurs doivent anticiper la redoutable baisse annoncée des producteurs. « Jusqu’à présent la baisse du  nombre d’exploitations était compensée par une augmentation de la productivité dans les élevages. L’équilibre risque fort de se rompre, alerte Gérard Kéraval. Sans production, pas de filière. Conscients de l’enjeu, les groupes débloquent des fonds. Des aides financières à l’investissement sont accordées aux porteurs de projets. L’augmentation de consommation sur l’année 2007 encourage les opérateurs à mettre la main à la poche », analyse le salarié de la chambre d’agriculture. + 11% en volailles de chair, + 5,5 % en canard à rôtir, + 3,5 % en pintades : en 2007, le marché(*) a retrouvé son niveau d’avant 2006. Les outils doivent tourner.
(*) hors dinde. Au premier semestre 2007, la consommation restait inférieure de 12 % à celle du premier semestre 2006.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Publicité