Aller au contenu principal
Font Size

Les irrigants au-devant du grand public

Une porte ouverte était organisée le 5 octobre sur le bassin de la Boutonne, qui doit accueillir quatre nouvelles réserves. L'occasion de refaire un point technique sur le projet.

Cette action de communication s'inscrit dans le cadre d'une concertation avec le grand public ouverte jusqu'au 
5 décembre.
Cette action de communication s'inscrit dans le cadre d'une concertation avec le grand public ouverte jusqu'au
5 décembre.
© N.C.

Le 5 octobre, la Coopérative de l'eau et la chambre d'agriculture organisaient une porte ouverte sur une exploitation de Villiers-sur-Chizé. Cette action de communication sur les réserves de substitution du bassin de la Boutonne s'inscrit dans le cadre d'une concertation préalable avec le grand public (*). Agriculteurs et acteurs économiques étaient présents afin de présenter cette deuxième tranche d'un projet initié il y a près de vingt ans sur ce territoire où cinq retenues ont été construites en 2011.
D'une capacité totale de 950 000 m3, quatre réserves sont prévues sur les communes de Séligné, Brieuil-sur-Chizé (deux sites) et Villiers-sur-Chizé. Face aux interrogations que suscite ce projet, les agriculteurs ont eu à coeur de rappeler que l'eau sécurisée sur ce bassin est le garant de reprise d'exploitation sur le siège des communes du bassin.
Le bassin de la Boutonne compte un tiers d'exploitations irrigantes compte tenu de la nature des sols et affiche une très grande diversité de cultures. Cette journée a été l'occasion d'expliquer les conditions de remplissage de ces réserves en hiver pour une utilisation l'été et de rappeler que leur volume ne représente même pas 1 % des 270 millions de m3 de pluie qui tombent en hiver sur ce secteur. La création des réserves s'appuie sur des études approfondies, garantes de l'impact sur le milieu et différents échanges techniques sont également en cours avec les associations environnementales. Thierry Boudaud, le président de la Coopérative de l'eau, a rappelé l'importance de ces échanges et d'expliquer aux riverains toute la complexité des exploitations

(*) jusqu'au 5 décembre, le grand public est invité à s'exprimer sur le projet via un formulaire en ligne disponible sur le site internet de la chambre d'agriculture.

Toutes les informations sur la page https://deux-sevres.chambre-agriculture.fr/techniquesinnovations/irrigation/saintonge/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité