Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les irrigants au-devant du grand public

Une porte ouverte était organisée le 5 octobre sur le bassin de la Boutonne, qui doit accueillir quatre nouvelles réserves. L'occasion de refaire un point technique sur le projet.

Cette action de communication s'inscrit dans le cadre d'une concertation avec le grand public ouverte jusqu'au 
5 décembre.
Cette action de communication s'inscrit dans le cadre d'une concertation avec le grand public ouverte jusqu'au
5 décembre.
© N.C.

Le 5 octobre, la Coopérative de l'eau et la chambre d'agriculture organisaient une porte ouverte sur une exploitation de Villiers-sur-Chizé. Cette action de communication sur les réserves de substitution du bassin de la Boutonne s'inscrit dans le cadre d'une concertation préalable avec le grand public (*). Agriculteurs et acteurs économiques étaient présents afin de présenter cette deuxième tranche d'un projet initié il y a près de vingt ans sur ce territoire où cinq retenues ont été construites en 2011.
D'une capacité totale de 950 000 m3, quatre réserves sont prévues sur les communes de Séligné, Brieuil-sur-Chizé (deux sites) et Villiers-sur-Chizé. Face aux interrogations que suscite ce projet, les agriculteurs ont eu à coeur de rappeler que l'eau sécurisée sur ce bassin est le garant de reprise d'exploitation sur le siège des communes du bassin.
Le bassin de la Boutonne compte un tiers d'exploitations irrigantes compte tenu de la nature des sols et affiche une très grande diversité de cultures. Cette journée a été l'occasion d'expliquer les conditions de remplissage de ces réserves en hiver pour une utilisation l'été et de rappeler que leur volume ne représente même pas 1 % des 270 millions de m3 de pluie qui tombent en hiver sur ce secteur. La création des réserves s'appuie sur des études approfondies, garantes de l'impact sur le milieu et différents échanges techniques sont également en cours avec les associations environnementales. Thierry Boudaud, le président de la Coopérative de l'eau, a rappelé l'importance de ces échanges et d'expliquer aux riverains toute la complexité des exploitations

(*) jusqu'au 5 décembre, le grand public est invité à s'exprimer sur le projet via un formulaire en ligne disponible sur le site internet de la chambre d'agriculture.

Toutes les informations sur la page https://deux-sevres.chambre-agriculture.fr/techniquesinnovations/irrigation/saintonge/

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité