Aller au contenu principal

Les JA débattent de leur avenir

Lors de leur assemblée générale, les Jeunes Agriculteurs ont fait un point sur les changements à effectuer au niveau départemental, avec notamment la question des circuits courts, des coopératives et des SNA.

De gauche à droite : Jean Grellier, Thierry Pouch et Émilien Piroux ont participé à la table ronde des JA sur le thème « Agriculture, un enjeu de société ».
De gauche à droite : Jean Grellier, Thierry Pouch et Émilien Piroux ont participé à la table ronde des JA sur le thème « Agriculture, un enjeu de société ».
© N.C.

Les jeunes agriculteurs étaient heureux de se retrouver dans un autre contexte que celui qui agite le monde rural depuis maintenant plus d’un mois. À l’occasion de leur assemblée générale, jeudi 18 février, environ quatre-vingts membres de JA 79 avaient fait le déplacement à Fenioux à l’occasion d’une table ronde en présence de Jean Grellier, député des Deux-Sèvres, Emilien Piroux, administrateur JA national et Thierry Pouch, économiste (voir ci-dessous).
Les sujets qui fâchent ont rapidement été mis sur la table, avec notamment la question des circuits courts. Guillaume Mandin, président des jeunes agriculteurs de la région, a ainsi pointé du doigt le manque de volonté politique à l’échelle régionale, expliquant que dans la restauration collective locale, trop peu de produits sont issus des circuits courts. « Il faut s’appliquer à nous-même ce que nous voulons faire appliquer aux autres », dénonce-t-il.

Resalis n’a, en effet, pas encore fait ses preuves. Si, pour les JA, il s’agit d’un problème de demandes, le député PS y voit plutôt un manque d’organisation, avec une harmonisation entre la production et les besoins qui n’est pas assez aboutie et le besoin d’une contractualisation tripartite. « Il y a plusieurs leviers sur lesquels on peut agir, estime néanmoins Jean Grellier, comme l’état d’esprit des acheteurs ou une évolution vers plus de coopératives ».

Le discours de Julien Chartier

« Il faut en arriver à bloquer des villes pendant plusieurs jours pour voir des réactions de politiques, cela en est navrant, d’autant plus quand on voit les résultats que l’on obtient ».
« Quand on dit non, c’est non. En ce sens, je réaffirme notre opposition au projet Life Outarde du conseil départemental, en espérant que le président daignera me proposer une rencontre que nous réclamons depuis trois mois ».
« Tant qu’il y aura un JA qui résistera à l’envahisseur bureaucrate parisien et technocrate bruxellois, nous ne baisserons pas les bras ».
« Avec trois départs pour une installation dans le département, il y a urgence au niveau du renouvellement ».

 

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 26 février 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Les JA mettent en scène la comédie amère des prix agricoles
Répondant à un appel national à manifester, les JA et la Fnsea 79 ont organisé une remise des prix décalée à l’intention des GMS…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Restaurateurs et éleveurs réunis autour de mêmes valeurs
La société Dénoues a créé une marque pour restaurer le lien entre amoureux de bonne viande. L’idée ? Que l’éleveur sache où part…
Publicité