Aller au contenu principal

Réseau MFR
Les MFR Deux-Sèvres et Vienne deviennent Poitou

La fusion-absorption des Maisons Familiales Rurales de la Vienne et des Deux-Sèvres, décidée il y a environ deux ans, a été officiellement et juridiquement actée lors de leur assemblée générale la semaine dernière.

Photo d'archive - Thierry Métayer, directeur de la Fédération territoriale des MFR du Poitou (2019)
© Anne Frintz

Les MFR Vienne et Deux-Sèvres sont officiellement devenues la Fédération territoriale du Poitou. Quels sont les enjeux et le poids de cette organisation ?

Thierry Métayer : Avant tout, nous visons une meilleure coordination dans un territoire régional très vaste. La fédération représente 11 établissements dans les Deux-Sèvres et 5 dans la Vienne. 2350 jeunes et apprentis sont accueillis dans 14 métiers qui proposent des formations de la 4ème par alternance à la licence professionnelle. C’est 320 salariés et 280 bénévoles.

Sur quels types d’actions cette fusion va se traduire ?

T. M. : Des journées portes ouvertes communes par exemple, mais aussi des partenariats qui vont pouvoir être étendus. Les sapeurs-pompiers des Deux-Sèvres interviennent dans les MFR pour apprendre les gestes de premiers secours à nos élèves. Cette initiative va ainsi être développée dans la Vienne.

La fusion va aussi permettre une réflexion plus concertée sur les ouvertures et harmonisations de formation pour garantir une cohérence et un bon maillage. Les formations «service à la personne», «agriculture» ou encore «commerce» ont déjà initié des projets communs.

Vous mettez en place des actions d’ampleur, notamment le festival des MFR…

T. M. : Il aura lieu en avril prochain et réunira plus de 800 élèves de nos MFR autour de pratiques culturelles et artistiques. Nous organisons aussi des journées sportives et, en février 2021, nous prévoyons un «rallye des métiers» pendant lequel les jeunes pourront découvrir tous les métiers proposés dans nos 16 MFR.

Une étude Opinionway de fin janvier met en évidence les raisons du succès des MFR. La qualité de l’équipe éducative vient en première place, suivent la vie au sein des MFR et l’alternance. Vous êtes étonné du résultat ?

T. M. : Pas du tout. La qualité de l’équipe éducative va de pair avec la vie au sein des MFR, avec un côté relationnel et la prise en compte individuelle de nos moniteurs-formateurs qui ne se chargent pas uniquement de la pédagogie, mais aussi du lien avec les élèves lors de nos soirées et veillées. Cette proximité est très appréciée par les élèves et leurs familles. En MFR, les jeunes sont en internat, il y a un côté familial avec des établissements où il n’y a pas plus de 130-150 jeunes. Et puis vous citez l’alternance, et je rajouterais aujourd’hui l’apprentissage. Avec la réforme de l’apprentissage, nous avons enregistré un vrai regain (+ 16% environ). Beaucoup d’élèves ont basculé de l’alternance à l’apprentissage avec une entreprise d’accueil pour un CAP ou Bac Pro.

Avez-vous senti le même intérêt du côté des entreprises ?

T. M. : Tout à fait. Nous avons maintenant des demandes d’entreprises dans des secteurs qui n’avaient pas franchi le pas : l’agriculture, ou encore les services à la personne. Avec la loi Avenir pro, nous sommes devenus un CFA depuis le 1er janvier et sommes entrés dans la démarche de certification Qualiopi pour certifier des critères de qualité obligatoires. C’est une belle valorisation des MFR.

 

Portes ouvertes des 16 MFR dans la Vienne et les Deux-Sèvres : samedi 14 de 9h30 à 17h et dimanche 15 mars de 14h à 17h. Plus d'informations sur www.mfrpoitou.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité