Aller au contenu principal

Syndicalisme
Les nouvelles équipes se mettent en place

Année élective pour la FDSEA. Après les communes et les cantons, c’était au tour de la structure départementale de renouveler ses équipes. A commencer par les sections et commissions.

Les sections et commissions ont élu leurs bureaux, comme ici la section caprine.
Les sections et commissions ont élu leurs bureaux, comme ici la section caprine.
© DR

C’est dans une salle comble, à Châtillon-sur-Thouet, que s’est déroulé le conseil départemental de la FDSEA. Plus de deux cents personnes, fraîchement élues dans les cantons, pour constituer les bureaux des 19 sections et commissions. Les groupes de cinq, dix, vingt… délégués pour les productions les plus représentatives du département (viande bovine, céréales, lait, caprins, ou encore structures…) passent au vote lors de cette soirée. Un bureau est constitué avec un programme de travail pour les trois prochaines années. Le président, élu à bulletin secret, siégera au conseil de la FDSEA qui se réunit tous les mois. « Les grands dossiers ne manquent 

pas », a averti le président Patrice Coutin. Selon lui « l’année 2010 sera une année charnière ». La vigilance est de circonstance en particulier avec la loi de modernisation agricole (LMA). Après la présentation du projet en conseil des ministres, les syndicalistes veulent rapidement entrer dans une phase de « négociation afin de déboucher sur de nouveaux horizons pour l’agriculture ». D’ores et déjà, il fixe le cadre de cette loi. L’environnement ? « Pas avant l’économie et l’emploi », martèle-t-il, avant de se prononcer pour la défense de « tous les modèles d’agriculture ».

Le programme de travail s’inscrit dans le prolongement d’une année 2009

« éprouvante pour les exploitations et la FDSEA qui s’est battue sur tous les fronts ». Le verdict est tombé en fin d’année. Il est sans appel, avec un revenu en baisse de 34%. « On ne pouvait imaginer pire scénario », déplore-t-il. Peu coutumier du fait, il rappelait cependant « le discours démagogique de certains, qui n’a rien rapporté », faisant allusion à des revendications, comme un prix du lait à 400 euros. 

« Tout cela ne mène à rien », lance-t-il. Dans ce contexte, les 56 membres du conseil sont restés unis, « grâce à votre analyse pertinente » leur a-t-il dit et « au langage de vérité que nous tenons ».

 

Des sections et commissions qui viennent renforcer le réseau

Cette réunion a aussi été l’occasion pour Sylvie Macheteau, secrétaire générale, d’énumérer les acquis. Et ils  sont nombreux. Y compris ce qui a été sauvegardé, grâce à la négociation dont le syndicat, avec les JA, a fait une de ses armes principales. 

« Notre force, c’est notre réseau communal et cantonal, nos sections et commissions », rappelait-elle. 

« Gagner à tous les coups n’a pas été possible », reconnaissait-elle cependant. « A nous aussi de construire pour que ça aille mieux, d’être solidaires , d’être attentifs à ce qui se passe autour de nous », complétait Philippe Moinard, président de la FRSEA. Il voulait ainsi faire référence à « la nouvelle ère qui se présente à l’agriculture » avec la fin de la politique d’encadrement, et l’arrivée des dotations pour aléas économiques ou climatiques. « Il faudra s’habituer à gérer autrement », concluait-il.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Définition de l'agriculteur actif: l'État et les Régions d'accord pour 67 ans maximum

Dans le cadre de la concertation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), les…

Publicité