Aller au contenu principal

Réserves de substitution
Les opposants interrompent les travaux à Mauzé-sur-le-Mignon

Les opposants au projet de réserves de substitution de la Sèvre niortaise avaient promis une action mobilisatrice en marge du Congrès de la Fnsea. Mercredi 22 septembre, ils étaient près de 600 à Niort pour exiger l'arrêt des travaux. 

Bassines, manifestation Niort, Confédération Paysanne, Bassines non merci
Près de 600 personnes ont rejoint Mauzé-sur-le-Mignon. Ils ont suspendu les travaux de la première des 16 réserves du projet de la Sèvre niortaise.
© C.P.

Vingt tracteurs et 600 personnes pour pousser « les raisons de dire non aux bassines » étaient réunis dans le centre de Niort mercredi 22 septembre, à l’appel du collectif Bassines non merci et de la Confédération paysanne.

Place de la Brèche d’abord, puis sur le site de la réserve de Mauzé-sur-le-Mignon dont le chantier a été lancé début septembre, les associations mobilisées (les soulèvements de la terre, sud solidaire, CGT, FSU, Solidaire par nature, France Insoumises…) ont exposé leurs arguments : « Ce projet est une forme d’accaparement de l’eau par certains, jugeait Nicolas Girod, Porte-parole national du syndicat agricole, venu du Jura. Le droit d’accès à l’eau pour tous les paysans est bafoué, certifient les opposants. « Quels volumes seront accessibles à des jeunes qui s’installeront sur ce territoire si les irrigants, engagés dans le projet dès les premières heures, ne libèrent pas de la ressource ? », interrogeait-on dans les rangs.

Plutôt que la dépense d’argent public « pour le stockage de l'eau sur des bâches noires », les militants appelaient à soutenir plus fortement une agriculture « sans pesticides qui produit pour son territoire prioritairement ».

A Mauzé, en milieu d'après-midi, ils ont stoppé le chantier en pénétrant sur le site de la réserve en cours de construction. "Si ça ne s'arrête pas affirmaient-ils, il y aura un deuxième round, probablement les 5, 6, 7 novembre". 

En fin de journée,  par communiqué de presse, le Préfet Aubry condamnait fermement l’intrusion de manifestants sur un terrain privé sur la commune de Mauzé-sur-le-Mignon, mettant en danger la sécurité des ouvriers y travaillant. Les violences unilatérales commises par certains manifestants ont occasionné 3 blessés parmi les gendarmes présents sur place". Rendant hommage aux professionnalisme des forces de l'ordre, il appelle "dans le dossier sensible de l’irrigation agricole à conserver des modes d’action respectueux du cadre légal. La violence ne résout rien et dessert toute cause qui y recourt".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Coralie a trouvé son bonheur au volant des tracteurs
Pas faite pour l’école, puis rêvant de devenir soigneur animalier, Coralie Babeau a finalement trouvé sa vocation en tant que…
Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
De Soudan à Cournon, une vie dédiée à l’amour des Parthenaises
Les époux deux-sévriens Christine et Didier Proust reçoivent ce 8 octobre les Sabots d’or au Sommet de l’élevage de Cournon d’…
Alexandre Jorigné : " Je retrouve le métier d’éleveur en travaillant comme ça "
Membre des JA 79 et Nouvelle-Aquitaine, Alexandre Jorigné a rejoint l’équipe de Capr’Inov en 2020. Chargé du Capr’I Cup, il s’est…
« Ça suffit » !
Un collectif représentant la profession agricole réagit aux exactions réalisées par les opposants aux réserves de susbtituion de …
Des panneaux photo, oui, mais lavés une à deux fois par an
Le développement du photovoltaïque ne se dément pas, sur les bâtiments agricoles mais pas seulement. Avec sa société Photon…
Publicité