Aller au contenu principal

Les pollinisateurs, des alliés pour les rendements

Traiter le soir plutôt que le matin permet de limiter l’exposition des butineurs.

La Nouvelle-Aquitaine compte 601 apiculteurs.
La Nouvelle-Aquitaine compte 601 apiculteurs.
© N.C.

Les abeilles et autres insectes visitent les fleurs de colza qui produisent du nectar et du pollen. Ils contribuent de façon déterminante à l’élaboration du rendement. Pendant la floraison, il est donc indispensable de créer des conditions favorables à la pollinisation. Toute intervention est soumise à des restrictions d’usages. Les traitements insecticides et acaricides sont interdits pendant la période de floraison. Cependant, une dérogation est possible pour l’utilisation des produits dans le cadre de leur autorisation de mise sur le marché. La base de données e-phy permet de visualiser rapidement les produits qui portent cette mention grâce à un pictogramme spécifique.

Cette mention ne signifie pas que le produit est inoffensif pour les abeilles, mais le risque a été jugé moindre que pour d’autres spécialités. Dans ce cas, le traitement doit impérativement être réalisé en dehors de la présence des abeilles

Il faut donc traiter de préférence le soir, après avoir vérifié l’absence d’insectes butineurs dans la parcelle. Traiter le soir plutôt que le matin permet de limiter l’exposition des butineurs, qui ne reviendront dans les parcelles que le lendemain. Compte tenu des informations disponibles sur la biologie des autres pollinisateurs, un traitement précédant l’heure du coucher ne garantit pas une protection des autres espèces de pollinisateurs qui peuvent butiner plus tard en soirée et sortir à des températures plus basses que l’abeille, comme le bourdon par exemple.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Associés du GAEC la Vallée des Blondes, Deux-Sèvres, Nouvelle-Aquitaine, Blonde d'Aquitaine, Vaches allaitantes
Pilot’élevage : un tableau de bord pour faire rouler le troupeau vers la performance
L’outil d’identification Pilot’Élevage a conduit l’ASSEL à recalibrer le tableau de bord utilisé par les élevages de plus de dix…
Publicité