Aller au contenu principal

« Les poulets sont plus vifs » élevés à la lumière du jour

Gustave Baillargeau a choisi un bâtiment avec des fenêtres pour le bien-être de ses poulets et le sien. Il est installé à La Petite Garonnière, à Secondigny, depuis 2016. De la marque C-Lines, son poulailler est à plafond plat, une rareté en Deux-Sèvres.

Gustave Baillargeau, vendredi 16 mars, au milieu de quelques 29 580 poussins de deux jours. A cet âge-là, ils ne peuvent pas encore profiter de la lumière naturelle ; les volets, des plaques de PVC sur glissières, doivent rester fermés.
Gustave Baillargeau, vendredi 16 mars, au milieu de quelques 29 580 poussins de deux jours. A cet âge-là, ils ne peuvent pas encore profiter de la lumière naturelle ; les volets, des plaques de PVC sur glissières, doivent rester fermés.
© A.F.

Le bâtiment de Gustave Baillargeau a un an et demi. Le jeune homme de 25 ans l’a fait construire pour son installation, en individuel, sur une parcelle achetée à son père Alexis. 87,5 m de long, 15 m de large, 4 m de haut, il compte 14 fenêtres, à double-vitrage « brouillé » pour « casser le flux du soleil », d’un mètre sur 2,80 m, réparties sur 26 travées, sur un seul côté (Sud-Ouest). Bien sûr, il y a des volets (fermés chaque nuit pour que la lumière des phares des camions de livraison n’effraie pas les poulets). Les fenêtres représentent 3 % de la surface au sol, soit 40 m2.

Les fenêtres des poulaillers, dans l’Union européenne, c’est une option… pour le moment. Gustave Baillargeau est l’un des cinq premiers aviculteurs de son groupement, la CIAB -qui l’y a fortement incité-, à avoir fait ce choix, pour le bien-être animal et son confort de travail.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité