Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

AOP beurre Charentes-Poitou
Les principales mesures du nouveau cahier des charges

Alors qu'il ne portait jusqu'à présent que sur les processus de transformation, le nouveau cahier des charges de l'AOP, qui sera applicable d'ici à 2022, met l'accent sur la conduite du troupeau et son alimentation.
© CP

Désormais, chaque exploitation laitière doit disposer d’au minimum 20 ares d’herbe ou de méteil par vache laitière, afin de ne pas avoir des fermes «hors-sol», explique le Syndicat des laiteries. Si les conditions d’élevage sont évoquées, c’est surtout au niveau de l’alimentation du troupeau que les évolutions sont à noter.

La ration totale annuelle du troupeau, exprimée en matière sèche, doit provenir à 80 % de l’aire de production du lait ; le volume de concentrés provenant de l’extérieur du bassin laitier ne peut excéder 1,2 t de MS par vache et par an. L’urée et l’huile (de palme, d’arachide, de tournesol ou même de lin) donnée telle quelle sont interdites, tout comme les aliments OGM. La ration quotidienne des vaches doit comprendre au moins 2kg de fourrage autre que le maïs, mais aussi au minimum 50 % de maïs sous toutes ses formes, pour un volume d’au moins 7 kg. La quantité peut être réduite pendant la période de pâturage, mais ne doit pas être inférieure à 1,5 kg.

Les crucifères (choux, colza, navets...) distribués en vert sont limités à 10% de la matière sèche. Enfin, les compléments sont limités à 1800 kg de matière sèche par vache et par année civile. De leur côté, les laiteries sont dans l’obligation de collecter le lait dans les 72h après la traite la plus ancienne. La pasteurisation du lait n’est plus imposée, mais l’emploi de matières colorantes, antioxygènes ou désacidifiantes est interdit. La maturation est portée à seize heures mini-mum.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Publicité