Aller au contenu principal

Retraites
Les priorités pour plus de justice en matière de retraites

Invitée à la conférence sociale sur les retraites, la Fnsea défendra un modèle qui modifie les modes de calcul des pensions et qui engage une convergence entre tous les régimes.

Dans le cadre de la conférence sociale prévue les 20 et 21 juin, le Fnsea veut prendre au mot le président de la République, qui pendant sa campagne avait promis qu’il s’attaquerait à un chantier visant à rendre les retraites plus justes. Pour les exploitants, la retraite moyenne est de 715 euros par mois, et de 534 pour les exploitantes, selon la MSA, tandis qu’elle est de
1 216 euros pour un retraité du régime général. D’où une modification du mode de calcul des pensions que demandent les sections des anciens exploitants :
- l’assurance vieillesse doit
« assurer un minimum pour vivre à tous les retraités qui ont cotisé durant une carrière complète ». Ce minimum, forfaitaire, « doit être le même pour tous, que l’on soit agriculteur, cheminot ou salarié de l’industrie ». « Il doit être l’expression de la solidarité nationale. A ce titre, son financement doit être assuré par la fiscalité (TVA ou CSG). » Tout en précisant que ce minimum doit être « proratisé en cas de carrière incomplète » ;
- deuxième priorité, une pension individuelle « basée sur le niveau de contribution de chacun », avec un régime par points. Le régime « le plus efficace » et qui présente de surcroît  « l’intérêt pour les assurés de connaître chaque année, le montant de la retraite constituée ».
- troisième priorité, « restaurer l’équité dans le mode de calcul des retraites ». « Il devient impossible de justifier des différences de traitement à ce point considérables entre citoyens du seul fait de leur parcours professionnel. » Et de citer les inégalités telles que le calcul de la retraite sur la totalité de leur carrière comme les agriculteurs, ou la prise en compte des 25 meilleures années ou encore les six derniers mois pour les fonctionnaires, voire le dernier mois pour certains.
- quatrième priorité, l’harmonisation de l’âge de départ pour tous les Français, de même que la durée nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein. Quant à la question des cotisations, elle « doit également être revue ». C'est-à-dire en ouvrant « de toute urgence un chantier de convergences des règles de détermination de l’assiette, mais aussi des cotisations, afin de stopper la suspicion » avec l’ambition « de remettre à plat des règles obsolètes ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité