Aller au contenu principal
Font Size

Bio
« Les prix d’achats restent mieux orientés »

Questions à Lucile Dubreuil, conseillère entreprise au Cerfrance Poitou-Charentes. 

© Kévin Brancaleoni

Les charges d’une exploitation bio céréalière augmentent-elles ou diminuent-elles par rapport à son équivalent conventionnel ? 

Sur le plan des charges opérationnelles, celles-ci sont globalement moins élevées en système bio qu’en système conventionnel. Entre les récoltes 2014 et 2017, notre étude de groupe fait ressortir une moyenne de 440€/ha de charges opérationnelles (engrais, semences, produits phytosanitaires) en conventionnel contre 250€/ha en bio. 

Sur cette même période, l’écart se creuse entre les deux systèmes sur le niveau des charges de structure. En système conventionnel, elles diminuent, passant de 410€/ha en moyenne à 380€/ha. Les fluctuations des rendements et des prix des céréales ont eu un impact sur le renouvellement des investissements.En bio, les charges de mécanisation excèdent de 90€/ha celles du conventionnel. Dans le même temps, les charges de structures en bio augmentent de 120€/ha. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité