Aller au contenu principal

Bio
« Les prix d’achats restent mieux orientés »

Questions à Lucile Dubreuil, conseillère entreprise au Cerfrance Poitou-Charentes. 

© Kévin Brancaleoni

Les charges d’une exploitation bio céréalière augmentent-elles ou diminuent-elles par rapport à son équivalent conventionnel ? 

Sur le plan des charges opérationnelles, celles-ci sont globalement moins élevées en système bio qu’en système conventionnel. Entre les récoltes 2014 et 2017, notre étude de groupe fait ressortir une moyenne de 440€/ha de charges opérationnelles (engrais, semences, produits phytosanitaires) en conventionnel contre 250€/ha en bio. 

Sur cette même période, l’écart se creuse entre les deux systèmes sur le niveau des charges de structure. En système conventionnel, elles diminuent, passant de 410€/ha en moyenne à 380€/ha. Les fluctuations des rendements et des prix des céréales ont eu un impact sur le renouvellement des investissements.En bio, les charges de mécanisation excèdent de 90€/ha celles du conventionnel. Dans le même temps, les charges de structures en bio augmentent de 120€/ha. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité