Aller au contenu principal

« Les prix ne se forment pas que de bonnes intentions »

Les bonnes intentions y sont. Localement, certains responsables professionnels sont sceptiques. D’autres jugent qu’une ambiance est créée. Il faut se prendre en main et avancer sur cette voie qui doit redonner de la valeur à la production.

Emmanuel Macron lors de son annonce dans le cadre des États généraux de l’alimentation mercredi 11 octobre, à Rungis sur le marché d’intérêt national.
Emmanuel Macron lors de son annonce dans le cadre des États généraux de l’alimentation mercredi 11 octobre, à Rungis sur le marché d’intérêt national.
© Delphine Jeanne

De l’avis de bon nombre de responsables professionnels de la région, la méthode Coué ne suffira pas à faire évoluer les relations commerciales qui « privent l’agriculture de la part de la valeur ajoutée qui lui revient, note Philippe Chazette, président d’Interbev Nouvelle-Aquitaine. Les prix ne se forment pas que de bonnes intentions », affirme celui qui est par ailleurs responsable OP. Comme ce dernier, Christophe Limoges, président du Criel Poitou-Charentes, est interrogatif quant aux conséquences positives des annonces faites par Emmanuel Macron mercredi 11 octobre. Le responsable professionnel veut bien croire que l’on puisse travailler en dehors du champ libéral de l’offre et de la demande, mais craint qu’un certain nombre de règles juridiques ne fassent obstacle. Le droit européen de la concurrence empêche encore à ce jour de discuter les prix au sein des interprofessions. « Quant à l’efficacité du coût de production pour influencer les négociations, je suis dubitatif. Depuis quelques années, nos outils essaient, lors des échanges avec la grande distribution, de faire valoir leur légitimité. Jusqu’à aujourd’hui, l’argument n’a jamais été entendu ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Le guichet pour les aides de crise ouvre le 22 juillet
Annoncée en mars, l’aide aux éleveurs ayant dégagé un revenu inférieur à 11000€ en 2020 sera mobilisable du 22 juillet au 15…
Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité