Aller au contenu principal
Font Size

« Les prix sont issus d’un rapport de force insupportable »

Olivier Mével est enseignant-chercheur spécialiste de la distribution. Invité par la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, il intervient à 18 h ce jour au Festival de l’élevage sur le thème : Quel avenir pour l’élevage face aux évolutions de la consommation ?

Olivier Mével est consultant en stratégie des entreprises agro-alimentaires et enseignant-chercheur dans les domaines du commerce, de la distribution et de la logistique.
Olivier Mével est consultant en stratégie des entreprises agro-alimentaires et enseignant-chercheur dans les domaines du commerce, de la distribution et de la logistique.
© N.C.

Quelle est votre analyse sur la situation de l’élevage français ?
Je vois que des hommes et des femmes dans les exploitations font depuis cinquante ans du high-tech au prix du low cost. Dans la filière, certains maillons ont pris de mauvaises habitudes. Dans la GMS, ces habitudes consistent à dire : « Je n’ai pas besoin de vous acheter vos produits mais vous avez besoin de me les vendre ». Ce comportement n’est pas sans conséquences sur les prix payés aux éleveurs. Ils sont le résultat d’un rapport de force insupportable.

La fin de la guerre des prix n’est pas pour tout de suite ?
Absolument pas ! Pour cela, il fautdrait sortir de la LME (la loi de modernisation de l’économie datée du 4 août 2008). Toutes les lois qui ont suivi ont été des lois de passage qui n’ont pas touché à la loi organique qu’est la LME. (…) Les distributeurs vont tout faire pour que l’on ne touche pas à cette loi. Le cas des magasins E.Leclerc est emblématique. Avant la LME, leur part de marché était de 16,7 %. Aujourd’hui, elle est de 21,2 %. Le fonctionnement de Leclerc influence le reste de la distribution.

Les États généraux de l’alimentation vont-ils apporter des réponses concrètes aux éleveurs ?
Quand je vois qui préside certains ateliers, cela pose question, notamment en ce qui concerne l’atelier 5 dont la thématique est « rendre les prix d’achat des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs ». Les deux co-présidents sont François Eyraud, directeur général des produits frais Danone, et Serge Papin, PDG de Système U. On peut se demander comment la parole va être donnée aux éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Les glaces, une diversification rafraichissante et 100% locale
Depuis 15 ans, les 115 vaches du troupeau de la Roche laitière, à Brûlain, sont à l’origine d’une gamme de glaces vendues dans…
Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité