Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les procédures à suivre en cas d’incendie

© Shayna Darak

Lors d’un incendie dans un bâtiment agricole dû à un échauffement de fourrage, l’exploitant doit être assuré en dommages aux biens et au contenu, à l’intérieur du bâtiment. « Les deux vont de pair », avance Bruno Giret, de Groupama Centre-Atlantique. Des compagnies d’assurance, à l’image de Groupama, propose des assurances forfaitaires. « Au moment de l’incendie, quelle que soit la valeur qui se trouve à l’intérieur du bâtiment, on indemnisera l’agriculteur ».

Les démarches

Légalement, l’agriculteur a cinq jours pour déclarer un sinistre. « La question ne se pose pas trop quand il y a un incendie. C’est traumatisant. Les agriculteurs appellent les pompiers et tout de suite après, ils téléphonent à leur assureur. Il y a beaucoup d’inquiétude, ils se demandent comment ils vont pouvoir continuer leur activité ».
Dès lors que la déclaration est faite, l’assureur missionne un expert afin d’estimer les montants des dommages mais aussi les pertes d’exploitation sur les dommages occasionnés. « Il se déplace généralement dans les 24 heures ». Par la suite, il établit un rapport d’expertise avec le client afin qu’il soit indemnisé. « Le délai d’indemnisation varie en fonction de la capacité à mettre en route la machine. Par exemple, si on a dans le bâtiment de l’amiante, cela rallonge le délai. Il faut trouver une entreprise habilitée pour enlever l’amiante ». Tous les assureurs sont en mesure de faire des avances d’indemnisation afin que l’agriculteur puisse continuer son activité.

Dommages à autrui

En cas d’incendie dans un champ, le procédé est quasiment identique, « à une nuance près ». Le feu peut se transmettre aux parcelles voisines et là, la notion de responsabilité civile rentre en jeu. « En plus des dommages personnels avec la perte de la moissonneuse-batteuse, la paille, on a causé des dommages à autrui ». L’expertise va se dérouler à peu près de la même façon, mais il y aura deux experts présents pour représenter les deux parties. L’entente se coordonne en simultané. Quand il y a un doute sur la responsabilité, cela rallonge les délais.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité