Aller au contenu principal

Les procédures à suivre en cas d’incendie

© Shayna Darak

Lors d’un incendie dans un bâtiment agricole dû à un échauffement de fourrage, l’exploitant doit être assuré en dommages aux biens et au contenu, à l’intérieur du bâtiment. « Les deux vont de pair », avance Bruno Giret, de Groupama Centre-Atlantique. Des compagnies d’assurance, à l’image de Groupama, propose des assurances forfaitaires. « Au moment de l’incendie, quelle que soit la valeur qui se trouve à l’intérieur du bâtiment, on indemnisera l’agriculteur ».

Les démarches

Légalement, l’agriculteur a cinq jours pour déclarer un sinistre. « La question ne se pose pas trop quand il y a un incendie. C’est traumatisant. Les agriculteurs appellent les pompiers et tout de suite après, ils téléphonent à leur assureur. Il y a beaucoup d’inquiétude, ils se demandent comment ils vont pouvoir continuer leur activité ».
Dès lors que la déclaration est faite, l’assureur missionne un expert afin d’estimer les montants des dommages mais aussi les pertes d’exploitation sur les dommages occasionnés. « Il se déplace généralement dans les 24 heures ». Par la suite, il établit un rapport d’expertise avec le client afin qu’il soit indemnisé. « Le délai d’indemnisation varie en fonction de la capacité à mettre en route la machine. Par exemple, si on a dans le bâtiment de l’amiante, cela rallonge le délai. Il faut trouver une entreprise habilitée pour enlever l’amiante ». Tous les assureurs sont en mesure de faire des avances d’indemnisation afin que l’agriculteur puisse continuer son activité.

Dommages à autrui

En cas d’incendie dans un champ, le procédé est quasiment identique, « à une nuance près ». Le feu peut se transmettre aux parcelles voisines et là, la notion de responsabilité civile rentre en jeu. « En plus des dommages personnels avec la perte de la moissonneuse-batteuse, la paille, on a causé des dommages à autrui ». L’expertise va se dérouler à peu près de la même façon, mais il y aura deux experts présents pour représenter les deux parties. L’entente se coordonne en simultané. Quand il y a un doute sur la responsabilité, cela rallonge les délais.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité