Aller au contenu principal

Gastronomie
Les producteurs, au carrefour des saveurs

Le Carrefour des métiers de bouche a fait la part belle à l’agriculture, du 14 au 18 novembre à Niort.

L’inauguration du Carrefour des métiers de bouche en présence de nombreuses personnalités.
L’inauguration du Carrefour des métiers de bouche en présence de nombreuses personnalités.
© DR

 

Le Carrefour des métiers de bouche et de la gastronomie a ouvert ses portes samedi 14 novembre et ce, jusqu’au 18 novembre au parc des expositions de Niort-Noron. Pour la première fois, l’agriculture de la région et tout ce qu’elle compte de productions et de produits était présente sur le site. La chambre d’agriculture avait invité sur son stand, les éleveurs de bovins lait ou viande, d’ovins, de caprins, de porcs, de volailles, des producteurs de céréales, de sel, d’huître, de pineau... Tous réunis autour du même objectif : échanger sur les productions à découvrir par le grand public.

Honneur aux papilles

Après la pratique avec des jeux de connaissance sur les productions mise en place grâce aux interprofessions, les échanges sur le savoir-faire des éleveurs, petits et grands ont pu déguster du lait, des fromages, de la viande d’agneau ou de lapin, de bœuf label parthenais ou encore des escargots charentais. 

Des dégustations chaque jour différentes réalisées avec l’appui des producteurs du réseau Bienvenue à la ferme mais aussi grâce au talent des cuisiniers du centre de formation des apprentis des Trente Ormeaux qui transforment en un tour de main, de l’agneau ou du lapin, signé Poitou-Charentes, en merveilleux mets aux saveurs différentes selon les recettes.       

 

 

Une convention pour accompagner la conversion bio

Les groupements de producteurs se sont engagés, par  la signature d’une convention avec les organisations en agriculture biologique, à accompagner les éleveurs de bovins ou d’ovins adhérents qui souhaitent se convertir à l’agriculture biologique. 

« L’objectif est de renforcer les liens entre l’offre et la demande des opérateurs et consommateurs et d’harmoniser les circuits de collecte pour diminuer les coûts », a souligné Abel Lumineau, président de l’URGPBV. Parallèlement à cette convention, un programme de développement de la production de viande biologique est mis en place en organisant des réunions et des visites de sensibilisation de la production et par le suivi des éleveurs en plan de conversion. L’objectif à trois ans est la commercialisation d’une production bio de 900 bovins provenant de 30 élevages et d’une production d’ovins provenant de 20 élevages détenant 4 500 brebis. Les groupements de producteurs comptent 1 800 adhérents.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

19 marchés festifs tout au long de l’été
Lieu de convivialité, les MPP offrent aux agriculteurs une occasion de se faire connaître localement. Les agriculteurs se…
Le parcours hors norme de Georgina
Des terrains de handball au Gabon à l’élevage de porcs en France, Georgina Tchatchoua-Gbayuen a eu plusieurs vies. Cette femme d’…
Les curseurs techniques et humains, gages de réussite
Même si le contexte laitier est complexe, les Deux-Sèvres comptent des exploitations en bonne santé. Pour déterminer l’avenir,…
Départementales : les projets des candidats pour la ferme Deux-Sèvres
La Fnsea et les Jeunes agriculteurs des Deux-Sèvres ont convié, mercredi 9 juin, les candidats aux élections départementales pour…
Président de Capr’Inov, un exercice d’équilibriste
Avec la structuration du salon et son développement constant, le temps alloué à la préparation de Capr’Inov est important. Samuel…
La qualité de la farine donne du grain à moudre aux boulangers
Pétrir, mouler et cuire restent les gestes séculaires de la fabrication du pain, mais les ingrédients de base sont choisis selon…
Publicité