Aller au contenu principal

Les producteurs de lait de Lactalis recourent à la justice

Des producteurs de lait du Centre, de Normandie et du Nord-Pas de Calais s’apprêtent à mener une action en justice contre Lactalis, dont ils estiment qu’il ne respecte pas ses engagements concernant le prix du lait.

Les producteurs affichent leur volonté de défendre leurs droits non plus devant les laiteries mais devant la justice.
Les producteurs affichent leur volonté de défendre leurs droits non plus devant les laiteries mais devant la justice.
© www.jerome-chabanne.com

Deux organisations de producteurs de lait livrant à Lactalis se préparent à attaquer leur collecteur en justice, avec le soutien de la FNPL). Ce sont d’abord les membres du conseil d’administration de l’OPNC (Organisation de production Normandie Centre) qui ont acté, le 26 décembre, le lancement de cette démarche inédite, suivis par leurs collègues de la laiterie de Cuincy (Nord-Pas de Calais), le 13 janvier. La procédure n’est pas encore engagée, mais une volonté est affichée par les producteurs : défendre leurs droits, non plus devant les laiteries ou sur les pavés, mais devant la justice. « Nous irons jusqu’au bout », promet le président de l’OPNC, Max Vié.
Les éleveurs reprochent, de nouveau, à Lactalis de ne pas avoir respecté les termes du contrat qui les lie, en particulier sur la fixation du prix du lait, et dénoncent « l’opacité avec laquelle le prix est déterminé » chez Lactalis. « Depuis le mois d’avril, ils se sont assis sur les indicateurs de prix », accuse André Bonnard, trésorier de la FNPL. Selon les chiffres fournis par le syndicat, Lactalis aurait accordé, en 2014, une hausse de 24,80 €/1 000 litres sur le prix de base payé aux producteurs de la région Ouest (contre 24,50 € chez Bel, 24,90 € chez Bongrain, 27,40 € chez Triballat et 20,40 € chez Sodiaal). « Chez Lactalis, on aurait dû atteindre une hausse de 27 € les 1 000 litres », estime André Bonnard, qui se fonde sur les marchés où évolue le leader laitier. Les producteurs estiment le préjudice à 8 000 € par exploitation.

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
Définition de l'agriculteur actif: l'État et les Régions d'accord pour 67 ans maximum

Dans le cadre de la concertation autour de la déclinaison française de la future Pac, le Plan stratégique national (PSN), les…

Publicité