Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les producteurs de lait de Lactalis recourent à la justice

Des producteurs de lait du Centre, de Normandie et du Nord-Pas de Calais s’apprêtent à mener une action en justice contre Lactalis, dont ils estiment qu’il ne respecte pas ses engagements concernant le prix du lait.

Les producteurs affichent leur volonté de défendre leurs droits non plus devant les laiteries mais devant la justice.
Les producteurs affichent leur volonté de défendre leurs droits non plus devant les laiteries mais devant la justice.
© www.jerome-chabanne.com

Deux organisations de producteurs de lait livrant à Lactalis se préparent à attaquer leur collecteur en justice, avec le soutien de la FNPL). Ce sont d’abord les membres du conseil d’administration de l’OPNC (Organisation de production Normandie Centre) qui ont acté, le 26 décembre, le lancement de cette démarche inédite, suivis par leurs collègues de la laiterie de Cuincy (Nord-Pas de Calais), le 13 janvier. La procédure n’est pas encore engagée, mais une volonté est affichée par les producteurs : défendre leurs droits, non plus devant les laiteries ou sur les pavés, mais devant la justice. « Nous irons jusqu’au bout », promet le président de l’OPNC, Max Vié.
Les éleveurs reprochent, de nouveau, à Lactalis de ne pas avoir respecté les termes du contrat qui les lie, en particulier sur la fixation du prix du lait, et dénoncent « l’opacité avec laquelle le prix est déterminé » chez Lactalis. « Depuis le mois d’avril, ils se sont assis sur les indicateurs de prix », accuse André Bonnard, trésorier de la FNPL. Selon les chiffres fournis par le syndicat, Lactalis aurait accordé, en 2014, une hausse de 24,80 €/1 000 litres sur le prix de base payé aux producteurs de la région Ouest (contre 24,50 € chez Bel, 24,90 € chez Bongrain, 27,40 € chez Triballat et 20,40 € chez Sodiaal). « Chez Lactalis, on aurait dû atteindre une hausse de 27 € les 1 000 litres », estime André Bonnard, qui se fonde sur les marchés où évolue le leader laitier. Les producteurs estiment le préjudice à 8 000 € par exploitation.

Lire la suite dans Agri 79

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Tourisme vert pour un département "vert"

Après les annonces du gouvernement sur un plan de relance du tourisme, avec une enveloppe de 18 milliards d’euros à la clé, le…

Publicité