Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les producteurs exigent de Lactalis une revalorisation du prix

Les producteurs de lait du grand Ouest manifestent devant le siège de Lactalis à Laval depuis le 22 août avec l’idée de maintenir le blocage de l’entreprise tant qu’ils n’auront pas obtenu satisfaction.

Ils étaient plusieurs centaines à faire le pied de grue devant le siège de Lactalis, dénonçant l’attitude du géant mondial, qui pratique des prix bas et qui n’a pas signé la charte de valeurs de la FNPL.
Ils étaient plusieurs centaines à faire le pied de grue devant le siège de Lactalis, dénonçant l’attitude du géant mondial, qui pratique des prix bas et qui n’a pas signé la charte de valeurs de la FNPL.
© Actuagri

Depuis 2014 et le pic autour de 380 € les 1 000 litres en fin d’année, les prix du lait ne cessent de chuter pour avoisiner aujourd’hui les 260 € les 1 000 litres. Entre l’embargo russe en août 2014, la fin des quotas laitiers en mars 2015 et le ralentissement de la demande chinoise, les producteurs sont les premières victimes de la crise du lait qui s’est installée depuis maintenant près de deux ans.
S’ils ne peuvent s’affranchir d’un contexte de marché difficile, les éleveurs se battent depuis plusieurs mois pour une plus juste répartition de la valeur ajoutée au sein de la filière. C’est d’ailleurs l’objectif de la charte de valeurs de la FNPL présentée en janvier 2016. Pour les signataires, des efforts de valorisation des produits sur le marché intérieur (affichage de l’origine notamment) doivent permettre de mieux rémunérer les producteurs en se rapprochant de leurs coûts de production. La charte permet ainsi d’intégrer un prix d’équilibre dans les négociations commerciales.
Si les distributeurs ont fait preuve de bonne volonté en signant la charte, les industriels, Lactalis inclus, n’y ont globalement pas souscrit. Pourtant, l’absence de baisse de tarif consentie par les distributeurs leur profite, souligne la FNPL.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 26 août 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Un cheptel en légère hausse
Thierry Baudouin raccroche après quatorze ans de présidence. Catherine Gallard et Emmanuel Turpeau prennent le relais avec de…
Publicité