Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Manifestation
Les producteurs veulent un prix avant des volumes

Une vingtaine d’éleveurs sont allés interrompre les travaux du Brilac lundi 15 octobre. Une action impromptue destinée à toucher en un seul lieu, en une seule fois, l’ensemble des entreprises laitières.

Conduite par Thierry Jayat, la délégation syndicale a fait irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac.
Conduite par Thierry Jayat, la délégation syndicale a fait irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac.
© C. P.

« Pas de prix, pas de produit », voici le message que les éleveurs, mobilisés par la Fnsea 79, sont allés porter aux entreprises laitières lundi 15 octobre. Vers 15 heures, ils étaient une vingtaine à faire irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac. A Echiré, les producteurs se sont imposés. Surpris par cette arrivée impromptue, les représentants de Bongrain, Terra Lacta, Lactalis, Eurial, Sèvre et Belle  n’ont eu d’autres choix que d’écouter. « Nous nous permettons de vous interrompre parce qu’il y a urgence », commençait Thierry Jayat, chef de file. « La trésorerie fait cruellement défaut dans nos élevages. Depuis deux ans pour enrayer la crise liée à des surstocks dont vous aviez juré faire votre affaire, les producteurs ont laissé beaucoup d’argent. » Le collectif, remonté et déterminé, n’est passé sur aucun des efforts réalisés par le maillon production d’une filière au sein de laquelle tous aimeraient voir renaître un peu de solidarité.  « 40 euros les 1000 litres abandonnés, une amputation des volumes acceptée, la grille cellules appliquée… » Le sacrifice est tel qu’au mois d’août de cette année la production a brutalement décroché. « Les litrages sont en baisse de 6,7%. Il y aurait 20 000 chèvres en moins dans les élevages. Sans signe positif, à ce rythme-là, c’est une baisse de 10 % de la production que vous aurez à gérer l’an prochain au moment où le lait fera défaut », alerte Jean-François Bernard, président du collège production du Brilac.

Lire la suite en page 3

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un magasin à la ferme pour faire Coop chez vous
Les 12 et 13 juin, Mickaël et Pascale Boudier vont inaugurer La Gâtinelle, leur magasin à la ferme, à Gourgé. Fruit d’un…
Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Publicité