Aller au contenu principal
Font Size

Manifestation
Les producteurs veulent un prix avant des volumes

Une vingtaine d’éleveurs sont allés interrompre les travaux du Brilac lundi 15 octobre. Une action impromptue destinée à toucher en un seul lieu, en une seule fois, l’ensemble des entreprises laitières.

Conduite par Thierry Jayat, la délégation syndicale a fait irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac.
Conduite par Thierry Jayat, la délégation syndicale a fait irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac.
© C. P.

« Pas de prix, pas de produit », voici le message que les éleveurs, mobilisés par la Fnsea 79, sont allés porter aux entreprises laitières lundi 15 octobre. Vers 15 heures, ils étaient une vingtaine à faire irruption en plein milieu du conseil d’administration du Brilac. A Echiré, les producteurs se sont imposés. Surpris par cette arrivée impromptue, les représentants de Bongrain, Terra Lacta, Lactalis, Eurial, Sèvre et Belle  n’ont eu d’autres choix que d’écouter. « Nous nous permettons de vous interrompre parce qu’il y a urgence », commençait Thierry Jayat, chef de file. « La trésorerie fait cruellement défaut dans nos élevages. Depuis deux ans pour enrayer la crise liée à des surstocks dont vous aviez juré faire votre affaire, les producteurs ont laissé beaucoup d’argent. » Le collectif, remonté et déterminé, n’est passé sur aucun des efforts réalisés par le maillon production d’une filière au sein de laquelle tous aimeraient voir renaître un peu de solidarité.  « 40 euros les 1000 litres abandonnés, une amputation des volumes acceptée, la grille cellules appliquée… » Le sacrifice est tel qu’au mois d’août de cette année la production a brutalement décroché. « Les litrages sont en baisse de 6,7%. Il y aurait 20 000 chèvres en moins dans les élevages. Sans signe positif, à ce rythme-là, c’est une baisse de 10 % de la production que vous aurez à gérer l’an prochain au moment où le lait fera défaut », alerte Jean-François Bernard, président du collège production du Brilac.

Lire la suite en page 3

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité