Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les quelques centimes de plus qui font la différence

En dénonçant des produits bradés et l’approvisionnement des grandes surfaces en produits d’origine inconnue ou non française, les producteurs de lait veulent faire entendre leur voix dans les négociations entre industriels et grandes surfaces.

L’échéance du 28 février est toute proche. Ce jour-là, les négociations entre les transformateurs et les grandes surfaces seront closes. Le 15 février, à l’appel de la Fnsea et des JA 79, des producteurs de lait ont fait irruption au Géant de Chauray pour faire pression sur les prix auquel des enseignes sont prêtes à payer le lait en 2017. « Pour qu’un éleveur puisse payer ses factures, il lui faut 35 centimes », justifie Alain Billerot, co-président de la section lait.
Le 18 janvier, déjà, ils tiraient la sonnette d’alarme parce que les laiteries annonçaient un prix du lait de 31 centimes pour 2017, alors qu’il était à 36 centimes en 2014, 30 centimes en 2015 et 28 centimes en 2016. « On nous mène en bateau parce qu’il y a quelques semaines, les transformateurs accusaient les grandes surfaces », s’insurge Guillaume Mandin, secrétaire général de JA Nouvelle-Aquitaine. « Alors que les cours mondiaux des matières premières laitières sont au plus haut, nous refuser une juste rémunération n’est pas normal. À 31 centimes, ça ne passe pas ! », poursuit-il.
Dans les rayons des produits frais, les manifestants, et parmi eux beaucoup de jeunes, ont stické les produits en promotion et dont l’origine n’est pas connue, ou pas française, avec cette mention : « ce produit ne rémunère pas les producteurs au juste prix ».
Beaucoup, comme Vincent Touzot, membre du bureau de JA national ont été frappés par le nombre de produits vendus à prix cassé, parfois 50 %, notamment le beurre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité