Aller au contenu principal

Pulvérisateur
Les rayons du soleil pour assécher les effluents phytosanitaires

Des effluents phytosanitaires stockés dans des saches, le soleil qui darde ses rayons et le tour est joué. L’effluent devient minuscule résidu sec phytosanitaire qui sera ensuite détruit. Tel est le fonctionnement du procédé Osmofilm®.

Sébastien Beau (à gauche) et Florent Sillon devant les Osmobac® où seront placées les saches contenant les effluents phytosanitaires après le nettoyage du pulvérisateur.
Sébastien Beau (à gauche) et Florent Sillon devant les Osmobac® où seront placées les saches contenant les effluents phytosanitaires après le nettoyage du pulvérisateur.
© D. P.

Il est des procédés ingénieux qui reposent sur de simples phénomènes naturels tels que l’évaporation. C’est le cas d’Osmofilm® , une technique de traitement des effluents phytosanitaires mise au point par Axe Environnement. Elle utilise la chaleur et les UV solaires pour concentrer les fonds de cuve  et les eaux de rinçage du pulvérisateur.Le résidu sec est ensuite traité par Adivalor. Un procédé agréé par le ministère de l’Ecologie qui a séduit les agriculteurs de la Cuma Le Bois fleuri. “En 2008, nous étions en pourparlers pour l’installation de Phytobac®”, souligne Florent Sillon, président de la Cuma.  Puis c’est la rencontre, lors du salon Innov’Agri, avec le procédé Osmofilm®. Les agriculteurs de la Cuma, immédiatement conquis, signent pour l’installation dudit procédé dont le montant s’élève à 33 500 euros HT. Un emprunt sur cinq ans au nom de la Cuma, des aides dans le cadre du PVE et la plateforme de rinçage de 18 m par 8 m est portée sur les fonts baptismaux à Jouhé (commune de Pioussay), à la Scea La Forge. “Nous sommes six exploitations à l’utiliser, souligne Sébastien Beau du Gaec La Forge. Et d’autres peuvent encore se joindre à nous sans que l’on ait besoin d’investir dans un autre Osmobac®.”  

De l’effluent au résidu sec
Après le traitement, le pulvérisateur est rincé.Les eaux de rinçage partent dans une cuve de rétention. “On peut laisser les eaux de rinçage dans la cuve durant plusieurs mois sans souci”, précise Florent Sillon. Ensuite par un système de pompe, les eaux sont évacuées dans des saches (sorte de sacs) d’une contenance de 250 litres chacune. Ces saches sont ensuite placées dans les Osmobac® et c’est au tour du soleil de faire son œuvre.“L’évaporation complète se fait en deux, voire trois mois l’hiver et en un mois l’été”, ajoute le président de la Cuma. Et Sébastien Beau d’ajouter : “250 litres d’effluents donnent environ 30 à 40 grammes de résidu phytosanitaires”. Les exploitants apportent ensuite les saches à Coréa qui les redirige vers Advilor où le résidu est traité.
Selon Florent et Sébastien, les avantages de ce procédé sont multiples.D’abord une économie de temps de travail et un procédé moins dangereux pour l’agriculteur, “pas besoin de passer la motobinette comme avec les Phytobac®”, disent-ils. Ensuite sur le plan environnemental, les résidus phytosanitaires sont entièrement détruits. Et enfin, le coût : “ En cinq ans, les bacs n’ont pas du tout été altérés. Il faut compter une dépense comprise entre 100 et 200 euros par an et par exploitation pour racheter des saches”, conclut Sébastien Beau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité