Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Les rendements fauchent le moral des agriculteurs

Que ce soit en Deux-Sèvres ou partout en France, les rendements n’ont pas été satisfaisants. Les exploitants réclament à présent l’application du plan d’aide annoncé par le gouvernement le 27 juillet.

Quelques secteurs présentent de meilleurs rendements que la moyenne départementale. C’est le cas notamment du sud-est des Deux-Sèvres ou du sud de Niort.
Quelques secteurs présentent de meilleurs rendements que la moyenne départementale. C’est le cas notamment du sud-est des Deux-Sèvres ou du sud de Niort.
© C.P.

Comme chaque année, la section « grandes cultures » de la Fnsea 79 a tenu, jeudi 28 juillet, sa réunion de bilan de campagne. Alors que les moissons touchaient à peine à leur fin, le bilan fait l’unanimité :  « les rendements sont catastrophiques ».
Si des parcelles semblaient visuellement promettre de beaux rendements, ce sont finalement des moyennes entre 40 et 70 quintaux qui sont ressorties en blé et en orge. Le blé dur n’aura pas excédé des moyennes d’exploitation comprises entre 20 et 40. Côté pois, le pois de printemps s’en est mieux sorti que le pois d’hiver. Parmi les cultures principales, c’est le colza qui sort son épingle du jeu avec des rendements bons, voire meilleurs que les années précédentes, et ce malgré des grains de petite taille, entre 30 et 35 q.
Quelques secteurs s’en sont un peu mieux sortis que d’autres avec des blés tendres et des orges à 80 quintaux au sud de Niort ou encore dans le sud-est du département.

Rencontre attendue avec le préfet des Deux-Sèvres
Si les rendements, les taux de protéines et les poids spécifiques sont très hétérogènes, parfois même au sein d’une même parcelle, les raisons sont multifactorielles : gel, grêle, manque de lumière, fortes pluies, maladies, semis précoce, période de traitement ou absence de traitement, précédent cultural ou type d’amendement... Tous ces facteurs rendent difficiles l’explication de ces résultats.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 5 août 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité