Aller au contenu principal

Les rotations longues et l’alternance des cultures sont efficaces contre les adventices

Dans le cadre du programme Re-sources, cinq syndicats d’eau du sud Deux-Sèvres ont organisé une rencontre sur l’allongement des rotations et la diversification des assolements pour limiter les apports d’intrants et favoriser la qualité de l’eau.

© N.C.

Face à des impasses techniques (problèmes de désherbages des cultures, résistances d’adventices, dégâts par des ravageurs, pression des maladies, coûts des intrants…), les exploitants agricoles doivent repenser leurs systèmes de cultures en allongeant leurs rotations et en diversifiant les types de cultures présentes. Toutefois, ils sont souvent freinés par une prise de risque technique et une peur de non-valorisation économique de leurs productions.
Le 10 juin 2015, cinq syndicats d’eaux du sud des Deux-Sèvres (Seco, Sertad, Sev, 4B et Smpedep) avaient invité les opérateurs de la filière grandes cultures, la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, VSN, Océalia, Sèvre et Belle, Cap Faye et Terrena, à Saint-Gelais pour évoquer la diversification des cultures. Il s’agissait tout d’abord de présenter les intérêts de l’allongement des rotations, les limites des rotations actuelles avec la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres. Puis ont été mises en lumière les cultures de lin par VSN, de la luzerne par Océalia et Samuel Baudouin, du soja par Cap Faye, Océalia et Sèvre et Belle, et du lupin par Terrena.

Herbicide et fongicide limités
La rotation culturale est une succession de cultures se reproduisant dans le temps en cycle régulier. Leur allongement passe généralement par l’introduction de légumineuse (pois, soja, lupin…) et/ou de cultures non sensibles à l’orobanche (lin, maïs…). L’objectif premier est souvent la résolution de problème de désherbage puis vient la dépendance à l’azote minéral.
Pour Eric Baraton, de la chambre d’agriculture, il est démontré depuis longtemps que l’allongement de la rotation génère moins d’adventices  de 142 dénombrées sur des assolements en systèmes céréaliers avec trois cultures. On passe alors à 35-37 adventices pour des rotations avec 5 ou 6 cultures. «Cet allongement est très efficace sur les graminées mais un peu moins sur les dicotylédones.  Il faut alors aussi alterner cultures de printemps et cultures d’hiver pour être encore plus efficace sur les graminées et sur les dicotes, notamment les géraniums », indique le technicien.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 24 juin 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité