Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Semoirs
Les semoirs monograine à vitesse rapide testés en Deux-Sèvres

Depuis quelques années, des constructeurs proposent des semoirs monograine capables de semer à plus de 10 km/h. Les résultats d'un essai montrent que si la vitesse rapide ne nuit pas au rendement, l'investissement pour semer vite doit être amorti sur plus de 300 ha semés.

Pour obtenir des résultats acceptables avec des semoirs monograine utilisés à vitesse rapide, les concepteurs font appel aux nouvelles technologies, avec entraînement électrique du ou des systèmes de sélection des graines. L’objectif étant d’éviter le parasitage provoqué par le système de transmission mécanique à grande vitesse sur le disque de sélection (roue, pignons, chaînes tendeurs). Les différents composants de l’élément semeur sont revus (plus lourds, suspension plus élaborée, axes renforcés, etc…) et le transport de la graine aux organes d’enterrage est sous flux d’air. Évidemment tous ces points ont une conséquence sur le prix de vente de ces semoirs.

Un essai en sol argilo-calcaire
Pour faire le point sur la capacité de ces semoirs, la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres avec Arvalis et le journal Matériel Agricole ont mis en place un essai sur une parcelle du Gaec Le Petit Quéray à Saint- Gelais. Cet essai a été réalisé avec du maïs irrigué, semé le 18 avril 2013 et a comparé 3 semoirs monograine : 2  semoirs 8 rangs , un Vaderstad Tempo et un Horsch Maestro mis à disposition par les constructeurs. Et un semoir Ribouleau NG Plus 4, 6 rangs mis à disposition par la Cuma  L’Epron de Niort. Ce dernier est à transmission mécanique, il n’est donc pas conçu pour semer à grande vitesse et est utilisé dans l’essai comme témoin pour le rendement. Les vitesses de travail retenues étaient de 7,11 et 15 km/heure. La vitesse la plus élevée n’a pas été possible avec le Tempo car le tracteur de 110 CV n’était pas assez puissant.
Entre toutes les configurations, l’écart de profondeur de semis mini/maxi varie peu (1,2 à 1,3 cm).  Dans les conditions de l’essai, le placement des grains reste très correct avec le semoir Tempo entre les 2 vitesses d’avancement. Pour le Maestro, la qualité du placement a tendance à se dégrader avec la vitesse.

Le rendement
Pour aller au bout des choses, les placettes ont été récoltées avec une moissonneuse-batteuse spécialisée pour la récolte des essais (Arvalis). Semer vite avec un semoir qui en a la capacité ne semble pas nuire au rendement. La conduite de la culture, l’irrigation notamment, nivelle les résultats même si le semis n’est pas réalisé avec une grande précision en profondeur et en placement sur le rang. Mais il faut impérativement que la densité préconisée soit respectée (90 000 pour l’essai), sans oublier la qualité de préparation du terrain. L’acquisition d’un semoir monograine rapide représente un investissement important, et pour être au niveau du coût d’utilisation d’un semoir monograine standard, il faut semer au moins 300 hectares par an et cela oblige à utiliser un tracteur puissant (source Arvalis). Certains semoirs n’ont pas forcément la capacité de semer tous les types de cultures implantés en monograine sur l’exploitation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un entrepreneur français lance une «agence internationale de notation des sols»

L'entrepreneur Quentin Sannié, co-fondateur de Devialet (start-up hi-fi) a annoncé, dans un communiqué le 5 juin, le lancement…

Le département passe à l’acte 2 de son plan de relance
Après un premier plan d’aides annoncé le 21 avril dernier, le Conseil départemental en a entamé un deuxième, doté d’un budget…
Grégory Nivelle, nouveau président de la Fnsea 79 : « Les agriculteurs n’imposent pas un modèle, ils répondent à des attentes »
Mardi 9 juin, la nouvelle équipe de la FNSEA 79 a élu Grégory Nivelle président. L’éleveur laitier du sud Deux-Sèvres succède à l…
Quand l’installation tient à un permis de construire
Au Gaec Lactagri, à Aiffres, la relève est presque assurée : deux porteurs de projet sont dans l’attente de la construction d’un…
Guillaume Largeaud, attaché au Marais... et à faire bouger les lignes
Son passage à Top Chef Les grands duels, le 10 juin, nous a laissé sur notre faim. Portrait d’un éleveur convaincu que la…
Les Marchés de Producteurs de Pays maintenus 

La chambre d’agriculture a souhaité maintenir les Marchés de Producteurs de Pays de l’été pour compenser le manque à gagner…

Publicité