Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Dans les médias nationaux
Les syndicalistes sur le devant de la scène

Les syndicalistes locaux sur le devant de la scène
© Agri 79 - Confédération paysanne des Deux-Sèvres

En amont de la grande manifestation du 27 novembre, Alain Chabauty, président de la Fnsea 79, intervenait sur France Info.

Dénigrement ; pression sur les prix ; loi contre les pesticides ; augmentation des charges ; pour la Fnsea, il était urgent de passer à l’action « pour amener le ministre de l’agriculture à arrêter de parler et à agir », commentait sur le plateau de télévision l’élu professionnel des Deux-Sèvres. Le mouvement national, construit autour d’actions à répétition en l’absence d’avancée, attend de l’État des engagements sur l’approvisionnement des restaurants collectifs, et particulièrement scolaires. « Il faut servir des produits français à nos enfants. Nous sommes prêts à fournir », certifiait l’éleveur des Deux-Sèvres. Parallèlement, et afin que les vocations puissent s’exprimer, Alain Chabauty rappelait la nécessité de construire les prix autour des coûts de production. « En 2020, les départs à la retraite vont être multipliés par deux », précisait-il, affirmant « qu’agriculteur est un super métier », il faut aider les jeunes à s’y engager. « Les prix de nos produits sont au même niveau qu’il y a trente ans ».

Il faut arrêter de parler et agir", demande Alain Chabauty au ministre.

Quelques jours plus tard, une autre figure locale s’exprimait cette fois-ci dans le Monde. Philippe Coutant, ancien porte-parole de la Confédération paysanne du département, cosignait une tribune dénonçant « une agriculture principalement focalisée sur l’utilisation des pesticides et sur l’élevage industriel », avant de certifier « que la remise en cause du modèle agro-industriel dominant n’est pas de l’agribashing ! Il ne s’agit pas de dire que l’agriculture est mauvaise, maléfique, ou que les urbains n’aiment pas les agriculteurs ! Il s’agit de critiquer un modèle qui entraîne les agriculteurs et notre société dans le mur ».  

Un modèle qui entraine les agriculteurs et notre société dans le mur", critique Philippe Coutant

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Publicité