Aller au contenu principal

Les systèmes porcins retrouvent le chemin de la rentabilité

Le revenu des éleveurs de porcs progresse dans les deux systèmes spécialisés à lien au sol faible et moyen et reste stable dans le système à fort lien au sol.

L’élevage porcin en faible lien au sol profite d’une conjoncture favorable pour atteindre un bon revenu, ce qui ne permet cependant pas de résorber la perte cumulée de trois dernières années.
L’élevage porcin en faible lien au sol profite d’une conjoncture favorable pour atteindre un bon revenu, ce qui ne permet cependant pas de résorber la perte cumulée de trois dernières années.
© N.C.

La baisse du prix des aliments du commerce (- 5,6 %) se poursuit en 2016 du fait de l’abondance mondiale en céréales et de la détente sur le prix du tourteau de colza (- 15 %). Les mauvais rendements des cultures ont cependant contraint les fabricants d’aliment à la ferme à plus d’achats de céréales (+ 13 à + 16 %), mais dans un contexte de prix à la baisse. Les charges liées aux surfaces en cultures sont en très légère baisse (- 2 %), alors que les charges de structure se stabilisent malgré la baisse du prix du carburant (- 15 %).


Concernant le marché de la viande, l’année 2016 est marquée par le retour aux achats de la Chine, qui s’accentuent au fil des mois. Sur un an, les exportations européennes vers ce pays progressent de 66 % en volume par rapport à 2015. Porté par cette demande et par la baisse de l’offre, le prix français du porc payé progresse de 5,5 ct €/kg en 2016 (+3,9 %).


Les résultats suivants sont issus des cas-types porcins spécialisés bâtis par les chambres d’agriculture des Pays de la Loire. Ils sont chiffrés à système technique constant, à l’exception des rendements végétaux, et mesurent les effets de la conjoncture. Ces résultats s’appuient sur les performances techniques du tiers supérieur en gestion technico-économique porcine. Ils sont détaillés pour trois systèmes spécialisés naisseur-engraisseur disposant de plus ou moins de surfaces de cultures. Le système à faible lien au sol (moins de 0,10 ha SAU/truie) comprend un UTH familial. Les deux autres systèmes (respectivement 0,35 ha SAU/truie pour le moyen et 0,70 ha SAU/truie pour le fort) comptent deux UTH familiaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

En 4L, avec l’agriculture et la mécanique pour bagages
A 18 et 19 ans, Bastien Sémillé et Thomas Rousselot s’embarquent dans l’aventure du 4L Trophy, édition 2023. Pour faire honneur à…
Elections, Départementales, Deux-Sèvres, Coralie Denoues, juillet 2021
Trois tours nécessaires pour élire Coralie Denoues
La liste 100% Deux-Sèvres a obtenu une large majorité au second tour des élections dimanche 27 juin. Pour autant trois tours ont…
Sur les marchés, la Parthenaise tente de trouver l’équilibre
Un point sur le marché de la Parthenaise a été fait à l’occasion de l’assemblée générale de France Parthenaise, vendredi 2…
Les coopératives se mouillent pour maintenir l’élevage
Deux bâtiments neufs (l’un pour poules pondeuses, l’autre pour lapins) ont été inaugurés à Gascougnolles et à La Chapelle-Saint-…
Quelles règles concernant les nuisances sonores ?

Semer ou moissonner sans que personne ne le remarque est impossible ! Cependant, le bruit ne doit pas…

Éleveurs, ils fournissent 6,5 tonnes de viande par an aux cantines locales
Depuis 2014, treize éleveurs du bressuirais se sont structurés pour répondre aux appels d’offres de la restauration collective…
Publicité