Aller au contenu principal

Landes
Les trois branches de Planfor

Avec la fin du plan chablis mis en place après la tempête Klaus pour repeupler le massif forestier de Gascogne, la société landaise, spécialisée dans la production de plants de pins en motte, a dû se diversifier.

Sous la direction de Christophe Ballarin (au premier plan), Arnaud Darrieulat, Nicolas Vichet et Jean-Marc Bonedeau (de gauche à droite) développent les trois branches de Planfor.
© Cécile Agusti

Fondée en 1993 à Uchacq-et-Parentis, commune attenante à Mont-de-Marsan, la pépinière Planfor était à l’origine spécialisée dans la production de plants de pins en motte. Dès sa première année, l’entreprise familiale a reçu le grand prix de l’innovation industrielle de l’Anvar (Agence nationale de valorisation de la recherche) pour la création du premier support de culture hors-sol pour plants forestiers.

« Grâce à cela, notre pépinière est devenue un véritable outil industriel capable de produire jusqu’à 20 millions d’arbres par an », souligne le directeur, Christophe Ballarin. Cette force de frappe s’est avérée très utile après la tempête Klaus de 2009.

Adaptation numérique

Pour répondre à la demande des forestiers soucieux de repeupler leurs parcelles dévastées, l’entreprise est passée de 60 salariés avant tempête à 110 aujourd’hui. Pour conserver les emplois après le plan chablis, le dirigeant a développé de nouvelles activités. Il s’est tourné vers le numérique.

Créé en 2005, le site Internet www.planfor.fr est aujourd’hui la pierre angulaire de l’entreprise. La pépinière y a développé une jardinerie en ligne qui attire de plus en plus de clients. « Nous avons 400 000 inscrits et, depuis trois ans, notre base s’étoffe de 40 000 nouveaux clients par an ». L’activité génère un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros sur les 11 millions réalisés par l’entreprise.

Pour optimiser la préparation des commandes, l’entreprise va se doter d’un système de géolocalisation de ses stocks à partir de terminaux numériques. En 2019, Planfor a expédié 600 000 plants commandés en ligne.

« Nous garantissons la reprise des arbres pendant cinq ans, indique Jean-Marc Bonedeau, directeur du service production. Nous travaillons à cultiver des systèmes racinaires de qualité ». Et, là encore, cela passe par de l’innovation. Pour leur garantir un développement naturel, Planfor a travaillé avec le fabLab bordelais Technoshop pour concevoir, via des imprimantes 3D, des pots de culture horticole ajourés et des supports de culture assurant productivité, technique et ergonomie. « Aujourd’hui, 170 000 plants sont produits sur ces supports ».

Innovations tous azimuts

Si la pépinière s’est beaucoup développée à destination du grand public, elle n’en oublie pas pour autant ses clients initiaux, les propriétaires fores-tiers des Landes de Gascogne. Pour eux, elle se fait prestataire de services et les accompagne pour la production (améliorations génétiques, étude de potentialité de terrains, travaux forestiers) mais aussi pour la mobilisation des bois. Pour optimiser la rentabilité financière des propriétés forestières, Planfor a développé un système d’information géographique couplé à une batterie d’analyses dendrométriques (mesure du diamètre du bois) qui permettent aux clients d’avoir un ensemble d’éléments de prévision pour prendre les bonnes décisions. « À l’occasion du salon Forexpo, qui se déroulera en juin à Mimizan, nous dévoilerons un service en ligne qui permettra de rendre ces informations accessibles à nos clients plus rapidement et où qu’ils soient », explique le responsable du service forêt-bois.

Le chiffre

5 M d’€ de chiffre d’affaires sont générés par la jardinerie en ligne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité