Aller au contenu principal

Conjoncture viticole
Les ventes de vin en chute en France et à l’export

Le confinement a porté un nouveau coup aux ventes de vin en grandes surfaces, déjà structurellement baissières ces dernières années.

© DR

Selon les données de l’institut IRI collectées pour FranceAgriMer et les interprofessions (CNIV), les ventes de vin en mars ont sensiblement baissé. Dans les seuls hypermarchés, le chiffre d’affaires des vins tranquilles a baissé de 16 % en un mois par rapport au mois de mars 2019. À l’inverse, les ventes par internet se sont envolées (+ 73,1 %), mais en partant d’une base bien moins élevée. La chute est particulièrement spectaculaire pour les vins effervescents dont les ventes ont dégringolé en grandes surfaces (- 27,2 %) par rapport à mars 2019.

La seule catégorie de vins tranquilles qui semble tirer son épingle du jeu dans le contexte actuel est celle des IGP. Les ventes de ces vins plus accessibles en prix et souvent conditionnés en bag-in-box sont en progression en valeur d’environ 9 %. Enfin, les ventes de vins bio sont en croissance, portées très majoritairement par les BIB et les MDD.

Tous les vins affectés à l'export

L’autre mauvaise nouvelle pour le vignoble français : la dégradation des ventes à l’exportation depuis le début de l’épidémie du Covid-19 en Chine. Selon les données Trade Data Monitor rendues publiques par FranceAgriMer, les volumes exportés lors des deux premiers mois de l’année ont baissé de 8 % à deux millions d’hectolitres, en dessous de la moyenne quinquennale (- 2 %). Après cinq ans de croissance des valeurs, les exportations tombent à 1,31 M€, soit - 7 % par rapport aux deux premiers mois de 2019. Toutes les catégories de vins sont affectées, hormis les effervescents hors Champagne (+9 %), portés par une consommation favorable.

Les exportations françaises sont restées étonnamment stables à destination des États-Unis lors des deux premiers mois de l’année. La chute des exportations de vins tranquilles en bouteille (- 10 %), liée aux taxes mises en place par l’administration Trump en octobre 2019, a en effet été compensée par un bond des vins effervescents (+ 22 %), non concernés par les sanctions et par une explosion des ventes de vin en vrac (+ 320 %) visant à contourner la surtaxe pesant sur les ventes en bouteille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Sécheresse, printemps, Deux-Sèvre, élevage, céréales.
Chaque jour qui passe entame le potentiel des cultures fragilisées par le gel
En un mois, l’excellent potentiel créé par les conditions météo de l’hiver est largement entamé. Chaleur en mars, froid, vent d’…
Publicité